Carmeuse inaugure un parc photovoltaïque de 8.800 panneaux à Aisemont

La société Carmeuse, qui produit notamment de la chaux, a inauguré vendredi un parc photovoltaïque de 8.800 panneaux sur son site d'Aisemont (Fosses-la-Ville).

L'installation, qui s'étend sur cinq hectares, doit permettre de produire 2,5 Gigawatts heure d'électricité par an, a indiqué l'entreprise. Cela correspond à 15% des besoins nécessaires pour l'exploitation de jour du site de production de chaux d'Aisemont. À titre de comparaison, c'est ce que consomment environ 7.000 ménages.

Cela permet également d'éviter l'émission de près de mille tonnes de CO2 par an, à savoir ce que pourrait assimiler en un an une forêt d'environ 100 hectares.

Le financement du dispositif, qui représente un investissement de près de 3 millions d'euros, a été pris en charge par la caisse d'assurance Integrale et la société Perpetum.

Le parc photovoltaïque d'Aisemont est le deuxième à voir le jour sur un site de Carmeuse. Un autre de 13.200 panneaux a été inauguré à Wanze en mai 2018. Il s'agissait alors du plus grand de Wallonie. Entretemps, les Carrières Unies ont fait mieux encore, en implantant 17.312 panneaux à Lessines en juin 2018.

"La réduction des émissions de CO2 et plus globalement de notre consommation énergétique fait partie de l'accord de branche que nous avons conclu avec le gouvernement wallon", a expliqué vendredi Frédéric De Visscher, directeur environnement et patrimoine de Carmeuse. "Au delà de cette convention, c'est aussi un engagement environnemental fort auquel nous tenons". "Nous sommes fiers de pouvoir dire aujourd'hui que nous sommes l'entreprise produisant le plus d'énergie photovoltaïque pour sa propre consommation en Wallonie", a-t-il ajouté.

Le ministre wallon Jean-Luc Crucke, en charge notamment de l'Energie et du Climat, était également présent pour l'inauguration. "C'est ça l'avenir de la Wallonie, des entreprises qui comprennent qu'il y a un réel intérêt à investir dans le durable", a-t-il déclaré. "C'est aussi très bien pour le climat et on sait que le temps est compté".