BRUXELLES

Avant-après: comment l’avenue de la Toison d’Or doit devenir «les Champs Élysées bruxellois»

C’est un bouleversement de philosophie complet qui attend le haut de la ville: les voitures vont grandement disparaître de la surface entre Louise et Porte de Namur. Une promenade doit laisser place aux piétons pour ce qui est vu comme «les Champs Élysées» bruxellois. La trémie pourrait à terme être recouverte.

La Région bruxelloise a déposé le permis d’urbanisme pour le réaménagement de l’avenue de la Toison d’Or et du Boulevard de Waterloo qui vise à faire de cette zone les «Champs Élysées» bruxellois, indique vendredi le cabinet de Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics. Le projet met ainsi la première main à un réaménagement souvent évoqué mais jamais concrétisé, et qui pourrait à terme voir la trémie être recouverte.

«Symbole du luxe et du prestige dans la capitale, l’avenue de la Toison d’Or et le Boulevard de Waterloo ressemblent aujourd’hui davantage à une vulgaire autoroute à voiture et à un vaste parking à ciel ouvert plutôt qu’à un espace de promenade propice au commerce de luxe, à la flânerie et à la détente. Le projet dessiné par les bureaux Bruno Fortier, Polo et Arcadis à la suite du concours international d’architecture vise ainsi à redonner tout son lustre à cet espace commercial stratégique et emblématique de la Petite Ceinture», souligne Pascal Smet.

(Faites glisser le curseur pour comparer les photos avant/après)

«Il n’y a en effet rien de mieux qu’un espace public qualitatif pour renforcer l’attractivité commerciale et attirer les chalands dans la zone. Arborés et végétalisés, mis en lumière, largement piétonnisés et dotés de larges pistes cyclables bidirectionnelles, l’avenue de la Toison d’Or et le Boulevard de Waterloo vont redevenir de véritables promenades urbaines, un nouvel espace de convergence qui reconnecte le haut et le bas de la ville, digne des Champs-Élysées à Paris ou du Passeig de Gràcia à Barcelone», ajoute le ministre.

 

Et à la porte de Namur?

 

Le projet vise à créer une large promenade métropolitaine s’étendant de façade à façade et dégageant une identité forte en termes d’espace public, là où, encore aujourd’hui, plus de 85% de l’espace est dévolu à la voiture.

Très concrètement, le traitement du sol donnera la cohérence à l’ensemble avec un minimum de différences de hauteur et un dessin emblématique. Le projet prévoit aussi de «rétablir les liaisons entre haut et bas de la ville en renforçant le lien avec le parc d’Egmont et en facilitant les traversés de la petite ceinture». Enfin, une large esplanade s’implante côté rond-point Louise versant Toison d’Or, où un grand kiosque est bâti. Il sera exploité à des fins récréatives et de restauration haut de gamme.

Le cabinet Smet précise que le concept évolutif «est parfaitement compatible avec le recouvrement éventuel de la trémie. Il sera dès lors envisageable de reproduire la même dynamique et le même type d’esplanade au niveau de la Porte de Namur».

Une fois le permis obtenu, les travaux pourraient débuter au second semestre 2020. L’enveloppe budgétaire consacrée à ce projet est d’environ 10 millions d’euros.

 

Quid pour les différents modes de déplacement?

En ce qui concerne la circulation automobile, l’ambition du projet vise à séparer le trafic de transit et le trafic local ou de destination. L’aménagement maintient intégralement la fonction d’axe de transit en incitant les automobilistes, dont ce tronçon n’est pas la destination, à emprunter les tunnels. Seule la desserte locale ou le trafic de destination sont maintenus en surface. «Après la réalisation de diverses simulations et études de mobilité, le projet retenu prévoit l’aménagement de 2x1 bande de circulation sur le tronçon entre le rond-point Louise et la rue des Drapiers et de 2x2 bandes sur le tronçon qui rejoint le rond-point Porte de Namur», détaille le cabinet Smet. «Cette solution permet d’inciter le trafic automobile de transit à rester dans les tunnels tout en permettant de garantir le trafic local vers les parkings souterrains».

Pour le stationnement, les urbanistes et concepteurs du projet ont opté pour une réduction importante en surface permettant de dégager les perspectives. 15 places de stationnement en voirie courte durée sont toutefois maintenues. Le stationnement souterrain en nombre dans la zone (Parking 2 portes, Poelaert, Toison d’Or, The Hotel, Loi…) est ainsi favorisé. Un système de livraison dans la zone de promenade via contrôle caméras et bornes rétractables sera mis en place. «Afin d’assurer l’accessibilité optimale des commerçants haut de gamme et des établissements hôteliers, un système de voiturier sera par ailleurs organisé par la Ville de Bruxelles et les commerçants», précise-t-on côté cabinet Smet.

Pour les piétons, les traversées entre les deux versants de l’axe Toison d’Or/Waterloo seront facilitées et sécurisées.

Le confort et la sécurité des cyclistes enfin, des pistes cyclables bidirectionnelles séparées et sécurisées couleurs ocres seront aménagées sur l’ensemble de l’espace.