C’est dans une boucherie tout à fait traditionnelle ouverte depuis 1933 que la famille Bohet perpétue la tradition et confectionne encore ses propres charcuteries, débite ses quartiers de viande.

Aujourd’hui, ce métier est en perte de vitesse alors que cette profession remonte au moyen âge. Mais chez les Bohet, les carcasses arrivent encore entières et sont ensuite découpées et préparées dans les ateliers. Les charcuteries sont encore préparées dans les règles de l’art, les morceaux de viandes pelés et découpés. Dans ce type de boucherie, vous trouvez encore du vrai jambon, vous dégustez encore de vrais boudins, des pâtés maison. Il faut dire que c’est le grand-père de Francis, actuellement aux commandes, qui a ouvert l’enseigne; ensuite c’est son papa qui a pris la relève avant que Fabienne et Francis reprennent le flambeau.

En résumé, ils produisent en atelier au moins 80% de ce qu’ils vendent. Cela veut dire qu’en plus des morceaux de viande qu’ils débitent, ils produisent leurs pâtés, boudins, saucissons et autres préparations traiteurs. Ce qu’ils ne produisent pas ce sont, par exemple, les saucissons d’Ardenne, le jambon d’Aoste ou de Bayonne. Mais leurs saucissons fumés ou les noix de jambon sont encore préparés et fumés à la maison et cela se goûte! Cette boucherie a obtenu la reconnaissance de la «Commission Artisans», qui tient compte des aspects essentiellement manuels et du caractère authentique de l’activité ainsi que de l’importance du travail manuel et du votre savoir-faire axé sur la qualité, la tradition, la création ou l’innovation. Francis Bohet a ainsi créé un boudin blanc Charlemagne au péket, mais la grande spécialité, c’est la confection de saucisses fraîches tout comme leurs saucisses fumées ou leurs boulets maison.

Boucherie Bohet Rue Guillaume Delarge 114 04 264 13 47

Irène Brône