BRUXELLES

200 navigateurs traversent Bruxelles en dragon boat, kayak et aviron

Depuis 3 ans, des dragon boats se joignent aux autres embarcations afin de mieux faire connaître les bienfaits de la pratique de ce sport dans la thérapie postopératoire après un cancer du sein. BELGAONTHESPOT

Plus de 200 participants ont traversé Bruxelles en dragon boat, kayak et aviron ce 1er mai. Ils ont parcouru 18 kilomètres entre Neder-Over-Heembeek et Anderlecht. L’idée: attirer sur le potentiel du canal.

Plus de 200 participants ont pris part mercredi à la traversée de Bruxelles en dragon boat, kayak et aviron. Ils ont parcouru 18 kilomètres entre le RNSB Royal Sport Nautique de Bruxelles, situé chaussée de Vilvorde à 1120 Neder-Over-Heembeek, et le CRBK (Cercle des Régates de Bruxelles Kayak), situé rue des Grives à Anderlecht.

Cette traversée de Bruxelles est organisée par les kayakistes du Cercle des Régates de Bruxelles Kayak et les rameurs du Royal Sport Nautique 1865 de Bruxelles.

«C’est une occasion, le 1er mai, d’attirer l’attention sur le potentiel du canal de Bruxelles en matière de sports nautiques», a souligné Serge Van Diest, membre du Cercle des Régates de Bruxelles Kayak et administrateur de la fédération francophone de canoë.

Après le cancer

Depuis 3 ans, des dragon boats se joignent aux autres embarcations afin de mieux faire connaître les bienfaits de la pratique de ce sport dans la thérapie postopératoire après un cancer du sein. Cette discipline asiatique nécessite en effet des mouvements de pagayage les bras tendus, ce qui est bénéfique pour le drainage des lymphes des personnes opérées du sein.

«Faire cette traversée c’est déjà pour montrer aux autres dames qui seraient malheureusement aussi touchées par un cancer du sein, qu’après des traitements, de la chimio et de la radiothérapie, il est toujours possible de retrouver une activité sportive et ici elle est en adéquation avec notre pathologie, car elle limite le risque de lymphœdème», a mis en lumière Liliane De Boeck, présidente de l’association Pagayer contre le cancer du sein. Il est reconnu intéressant de pratiquer n’importe quelle activité sportive après des traitements lourds de cancer. Ça limite le risque de récidive. On s’en trouve renforcées».

Des Pink Ribbonettes de Bruxelles, de Lier et de Turnhout étaient aussi présentes, ainsi que des groupes de femmes venues de France représentés par les associations «Ensemble pour Elles» (Reims), «Emeraude» (Lille) et «Dragon Ladies» (Dunkerque).