PEOPLE

Décès d’Anémone: les hommages de la troupe du Splendid

Décès d’Anémone: les hommages de la troupe du Splendid

Thierry Lhermitte a rendu hommage à sa camarade de jeu. AFP

Les hommages ont afflué toute la soirée après le décès de l’actrice Anne Bourguignon, dite Anémone, à 68 ans. Parmi ceux-ci, les mots de ses camarades de la troupe du Splendid.

Anémone s’est notamment fait connaître avec sa participation dans plusieurs projets avec la troupe du Splendid. Ce café-théâtre sera fondé dans les années 70 par Christian Clavier, Thierry Lhermitte, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel, Bruno Moynot et Claire Magnin.

Anémone, qui collabore plusieurs fois avec le Splendid sans en faire partie, ne gardera pas que des bons souvenirs de cette époque et disait s’être fâchée avec la troupe pour des histoires d’argent.

Ses anciens camarades de jeu ont néanmoins largement exprimé leur tristesse depuis hier soir, en apprenant le décès de l’inoubliable Thérèse dans «Le père Noël est une ordure».

«Je garde le souvenir d’une grande actrice avec qui nous avons partagé de grands moments de jeux et des fous rires exceptionnels», a réagi Christian Clavier auprès de l’AFP, qui dit sa «grande tristesse».

Thierry Lhermitte s’est dit «bouleversé». «Adieu mon amie», a-t-il écrit sur son compte twitter.

«Je ne savais pas qu’elle était malade, mais Anémone n’était pas quelqu’un qui se répandait sur sa vie privée», a confié Josiane Balasko à l’AFP, qui évoque une «excentrique du cinéma», «une grande actrice». «C’est la première d’entre nous qui disparaît. Le Splendid a perdu un de ses membres honoraires. C’est triste», explique encore Balasko sur RTL.

«Elle a fait des choses magnifiques après, elle a fait “Le grand chemin”», un rôle plus sensible qui lui vaut le César de la meilleure actrice en 1988, a réagi Michel Blancsur RTL. «Elle avait cette puissance comique, en même temps elle était très belle, très séduisante et très folle, elle a toujours été très folle», a décrit l’acteur.

«Elle avait une imagination absolument débordante et elle vous sied sur des choses. Elle était tout sauf rationnelle, tous sauf routinière. Il y avait toujours quelque chose d’inattendu dans ce qu’elle faisait», conclut le comédien.