«Dodo la Saumure» risque 10 ans de prison

Dominique Alderweireld. AFP

Dominique Alderweireld, connu sous le pseudonyme «Dodo la Saumure», risque 10 ans de prison devant le tribunal correctionnel de Courtrai pour trafic d’êtres humains et proxénétisme. L’affaire fait suite au scandale sexuel qui a touché l’ancien patron du FMI Domninique Strauss-Kahn.

L’enquête remonte à 2011. Dans le sillage du scandale autour de DSK, plusieurs perquisitions avaient été effectuées dans des bars de Dominique Alderweireld situés en Belgique près de la frontière française.

«Lors des perquisitions, il est clairement apparu qu’il était question de trafic d’êtres humains», a affirmé mercredi le procureur. «Il recrutait des filles de l’étranger pour ses bordels à Kuurne, Renaix et dans la région autour de Tournai. Beaucoup d’entre elles étaient illégales.»

Selon le ministère public, les femmes n’étaient pas libres et devaient céder la moitié de leurs revenus. Le procureur a requis 10 ans de prison et 300 000€ d’amende à l’encontre de Dodo la Saumure. Le parquet a aussi demandé la confiscation de 596 000€.

Le Français a déjà été condamné pour des faits similaires en Belgique. Il a plaidé son acquittement, affirmant que les femmes travaillaient toutes volontairement. Son avocat a en outre fait valoir l’ambiguïté de la loi belge par rapport à la prostitution.

Onze autres prévenus, dont les exploitants des bars, risquent des peines d’un à six ans de prison. Le jugement est attendu le 22 mai.

Début avril, Dominique Alderweireld a été placé sous mandat d’arrêt et à nouveau inculpé de proxénétisme et incitation à la débauche.