«Il y a un décalage entre la base et les syndicats»

Pour Luc Gustin, le président du collège de police, le choix de renforcer la direction actuelle s’explique par le fait que, même si sur le papier, le cadre comporte 5 officiers, dans les faits, il est en sous-effectifs.