BELGIQUE

ARCHIVE | Quand les œufs de Pâques étaient des œufs cuits durs peints

À la veille du lundi de Pâques, L’Avenir vous propose de vous plonger dans une archive de la Sonuma de 1978, consacrée aux célèbres œufs de Pâques. D’œufs cuits durs peints à petits œufs en chocolat, ce reportage capture l’évolution entre anciennes et nouvelles traditions.

Véritable symbole de la fête de Pâques, l’œuf a évolué au fil des années comme on peut le constater dans cette archive de la Sonuma.

Devenus incontournables de nos jours, les œufs en chocolat étaient déjà très demandés en 1978, comme le confirmait ce chocolatier: «Pour une fête de Pâques, je débite 600 à 700 kg de chocolat, tout seul.»

Face aux questions indiscrètes des enfants curieux qui se rendaient dans son magasin, le chocolatier devait parfois leur mentir. «Quand leur maman aura fait sa commande, la poule de Rome va venir chercher tout ce qu’elle a commandé, si bien sûr ils sont sages», expliquait-il.

Au début du XXe siècle, les traditions étaient bien différentes. En effet, point d’œufs en chocolat mais bien des œufs de poule cuits durs, parfois colorés. Au micro d’un journaliste, une dame âgée présente à une chasse aux œufs se remémorait les fêtes de Pâques de son enfance. «On faisait cuire les œufs de poule à l’eau bouillante. Et on ajoutait de la pelure d’oignon pour les faire briller. Et si on avait de l’encre bleue, on les mettait en couleur.»

+ Plus de vidéos d’archives sur la fête de Pâques sur le site de la Sonuma