BELGIQUE

Chantage pour IJsboerke et J. Destrooper menacées d’empoisonnement

Chantage pour IJsboerke et J. Destrooper  menacées d’empoisonnement

Belga/YORICK JANSENS

Les entreprises IJsboerke et Jules Destrooper sont soumises au chantage d’un anonyme qui menace d’empoisonner leurs produits alimentaires

Au cours des dernières semaines, ces sociétés ont reçu des enveloppes contenant de la poudre, le maître chanteur exigeant 300 000€ sans quoi les produits alimentaires seraient empoisonnés avec de l’oléandrine, rapportent Het Nieuwsblad, Het Belang van Limburg, de Gazet van Antwerpen et De Standaard vendredi. L’oléandrine est une substance toxique qui peut provoquer une insuffisance cardiaque.

Les firmes belges ne sont pas les seules visées car les sociétés italiennes Lavazza (café) et Ferrero (chocolat) ont aussi reçu de telles missives émanant de la Belgique.

Les auteurs des lettres se présentent comme des «hommes d’affaires» qui souhaitent recevoir des versements en bitcoins.

La police et le parquet se sont saisis de l’affaire. Rien n’indique actuellement que la production alimentaire des entreprises ciblées soit en danger. Le PDG de Jules Destrooper confirme que les «biscuits sont toujours en parfait état».

Le parquet fédéral a confirmé vendredi qu’une enquête est en cours concernant un ou plusieurs individus.

«Il est vrai qu’un certain nombre de lettres de menaces ont été envoyées depuis la Belgique à des entreprises de toute l’Europe occidentale», a commenté vendredi Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet fédéral, ajoutant qu’une enquête est en cours.

Le procureur fédéral n’a pas souhaité commenter d’éventuels indices à propos des suspects.