NAMUR

PHOTOS | Squatté, l’ancien bâtiment namurois des Archives de l’État va être barricadé

Devenues un squat et présentant un danger pour leurs occupants, les anciennes installations namuroises des Archives de l’État vont être entièrement barricadées dans les 10 jours, a indiqué jeudi la Régie fédérale des bâtiments, à laquelle appartient toujours l’édifice.

Une requête a été introduite en référé le 10 avril à la suite d’un incendie qui a vu un squatteur gravement intoxiqué par les fumées. La Régie des bâtiments a alors demandé à la justice namuroise l’expulsion des occupants et l’interdiction d’accès au lieu, situé rue d’Arquet.

Des rubans signalant cette interdiction ont dans la foulée été placés par la police, mais cela n’a pas empêché certains squatteurs de se réapproprier l’endroit. Il est par ailleurs fort probable que cela continue, malgré un réel danger.

La Régie des bâtiments a finalement reçu le titre exécutoire formel l’autorisant à matérialiser l’expulsion et à réaliser des travaux pour empêcher l’accès à l’édifice le 12 avril.

Une signification de l’ordonnance va être affichée rapidement sur la façade de l’immeuble, alors que les travaux nécessaires pour le barricader devraient être réalisés dans les 10 jours.

En outre, les 20 portes et fenêtres du rez-de-chaussée vont être condamnées au moyen de treillis pour béton armé. Un nettoyage du site est également prévu.

L’administration indique par ailleurs qu’elle souhaite toujours vendre le bâtiment. «Mais vu les dommages causés par les squatteurs et l’incendie récent, le comité d’acquisition fédéral doit d’abord effectuer une nouvelle estimation de sa valeur», a précisé Catherine Cardoso Nunes, chargée de communication de la Régie des bâtiments.

Parallèlement, une plainte contre X va être déposée concernant l’incendie survenu dans la nuit du 9 au 10 avril, a-t-elle ajouté.