NIVELLES

Quintuple infanticide: Geneviève Lhermitte libérée sous conditions

Geneviève Lhermitte, qui avait introduit une nouvelle demande de libération conditionnelle auprès du tribunal d’application des peines, l’a obtenue. Elle sera libérée sous conditions pour être placée en centre psychiatrique.

Geneviève Lhermitte qui avait été condamnée à la réclusion à perpétuité par la cour d’assises de Nivelles pour avoir tué ses cinq enfants en 2007, va être libérée sous conditions.

Elle avait introduit une première demande de libération en 2017 qui avait alors été refusée. Pour bénéficier d’une sortie, elle devait présenter un plan de réinsertion, avec un travail ou une formation couplé à un suivi extérieur. Toutefois, elle avait déjà pu bénéficier de deux sorties au cours de l’été 2018.

En février, elle avait à nouveau introduit une demande de libération. Son avocat, Me Cohen exposait la volonté de sa cliente d’intégrer un centre psychiatrique fermé afin de poursuivre le travail thérapeutique entamé durant sa réclusion. «Elle ressent le besoin d’être accompagnée après 12 années de détention», commente Me Cohen.

 

Un établissement psychiatrique fermé

 

Le tribunal d’application des peines a rendu sa décision indique sudinfo et Geneviève Lhermitte sera libérée une fois qu’elle aura trouvé une place dans un établissement psychiatrique fermé.

Pour rappel, le 28 février 2007, Geneviève Lhermitte avait commis un quintuple infanticide dans sa maison familiale à Nivelles, en l’absence de son époux, Bouchaïb Moqadem, qui était en voyage à l’étranger.

Geneviève Lhermitte avait assommé puis égorgé ses cinq enfants. Le plus petit, Mehdi, avait 3 ans. La plus âgée, Yasmine, avait 14 ans.

+ LIRE AUSSI| Dix ans plus tard, le retour de l’affaire Lhermitte dans un livre

 

Son ex-mari s’opposait à cette libération

 

Bouchaïd Moqadem, son ex-mari, le père des 5 enfants, avait expliqué au micro de RTL, il y a plusieurs mois, que ce serait un choc si cette dernière sortait. Il s’opposait à cette libération. «Ça va bouleverser ma vie» avait-il confié.

Archive: