TOURNAI

VIDÉO | Des plongeurs-scientifiques au chevet des plans d’eau transfrontaliers

Les plongeurs du projet «Perca» – Patrimoine écologique des rivières et canaux – ont effectué divers prélèvements sous la surface de la carrière de l’Orient, à Tournai. Nous les avons suivi sous l’eau...

Le projet Perca consiste à partir à la (re) découverte des milieux subaquatique du bassin de l’Escaut dans le nord de la France et en Wallonie. À travers la mise en place d’un groupe de plongeurs transfrontaliers, formés à la biologie et à la prise d’images subaquatiques, cette initiative a notamment pour objectif de créer une veille scientifique, mais aussi de partager les découvertes grâce à l’outil vidéo et d’envisager la mise en place des projets pilotes de restauration de milieux de part et d’autre de la frontière.

Conduit conjointement par la Maison de l’eau, de la nature et de la pêche (MEPN) de Roubaix et le Contrat de rivière Escaut-Lys (CREL), il est financé par le Fonds Européen Interreg (pour les micro-projets). C’est dans ce cadre qu’une équipe d’hommes-

VIDÉO | Des plongeurs-scientifiques au chevet des plans d’eau transfrontaliers
Matthieu Dautricourt est codirecteur de la Maison de l’eau, de la pêche et de la nature de Roubaix. EdA
grenouilles a récemment plongé sous la surface du plan d’eau de l’Orient, à Tournai.

certaines palanquées (groupes de deux plongeurs minimum) ont effectué, selon un protocole scientifique strict, des prélèvements qui alimenteront l’inventaire de la faune et de la flore dressé par le groupe lors de ses sorties alors que les autres réalisaient des images des fonds marins qui alimenteront le documentaire vidéo qui, sur le web, permettra de mettre les milieux aquatiques de la région à la portée de tous les regards.

Un premier film de 15 minutes qui devrait en principe être terminé pour le mois de juin prochain et qui sera diffusé sur YouTube ainsi que sur les sites des différents partenaires

Inventorier pour mieux préserver

Carpes, gardons, brochets, écrevisses américaines, anodontes des cygnes, larves de

VIDÉO | Des plongeurs-scientifiques au chevet des plans d’eau transfrontaliers
Louis Brennet, chargé de projets et de communication au Contrat rivière Escaut-Lys. EdA
libellules, larves d’éphémères, aselles (crevettes d’eau douce), vers de vase, potamots crépus, potamots filiformes, potamots indéterminés, algues filamenteuses et characées… Ce sont autant de représentants de la faune et de la flore subaquatiques qui ont pu être observés sous la surface de l’Orient. Une liste qui s’allonge avec d’autres noms plus ou moins connus selon les plans d’eau dans lesquels les plongeurs du Perca effectuent leurs observations.

Au delà du fait qu’il permet d’évaluer l’évolution de ces milieux, ce type d’inventaire permet également d’imaginer des projets d’aménagements transposables sur d’autres sites similaires dans le but de préserver et de sauvegarder ces fragiles milieux.

Tout en visant également à harmoniser certaines procédures – en matière de protection de ces environnements sensibles – sur le plan international.

«Les gestionnaires de milieux en France et en Wallonie ont des manières de travailler et une ouverture aux projets pilotes assez différents, expliquent les responsables du Perca. Disposer d’un cadre européen, d’un protocole scientifique et de compétences complémentaires peut induire la confiance de ces gestionnaires au projet»

++ D’autres infos dans l’édition de l’Avenir/Le Courrier de l’Escaut de ce jeudi 18 avril 2019 ++

VIDÉO | Des plongeurs-scientifiques au chevet des plans d’eau transfrontaliers
Une écrevisse rencontrée sous la surface de l’Orient par Philippe De Korte, l’un des plongeurs du Perca. EdA