Notre-Dame fait chauffer au MR

Photos Belga

Habitué des tweets provoc et disons… décalés, Georges-Louis Bouchez, porte-parole officiel de la campagne du MR, s’est fendu d’un commentaire dans lequel il fait un lien entre l’émotion suscitée par l’incendie de Notre-Dame de Paris et le rejet, en 2005, de l’idée d’inscrire une référence aux racines chrétiennes de l’Europe dans le préambule de la Constitution européenne.

De quoi faire flamber son fil Twitter où une réaction le taxant de «récupération politique bancale» résumait la tonalité des critiques. Dont une fut plus remarquée que d’autres: celle de Christine Defraigne. L’élue liégeoise, MR elle aussi, s’étonnait poliment de la sortie de son coreligionnaire libéral. Avant, plus tard, d’ajouter un commentaire plus cinglant: «Ce discours réducteur et de récupération, dont on mesure les connotations, est totalement insupportable. Comme si les racines chrétiennes dans la Constitution européenne étaient le débat!»