Étalle

PHOTOS et VIDEO | Une entreprise stabuloise sollicitée pour livrer des poutres pour Notre-Dame de Paris

L'entreprise Artbois, installée à Etalle, a reçu un appel pour une fameuse mission ! Elle a, en effet, été sollicitée pour venir en aide à Notre-Dame de Paris.

La société a été réquisitionnée d'urgence par un coup de téléphone à 14h00 d'un opérateur parisien, afin de livrer sans délai dans la capitale française 10 poutres de consolidation pour les murs de la cathédrale Notre-Dame, touchée par un important incendie lundi. "Tout le monde est sur le coup", raconte Patrick Vanhorenbeeck, qui a créé cette entreprise 100% wallonne il y a 28 ans.

Artbois, spécialisée dans les ouvrages d'exception, a déjà contribué à des projets de rénovation de monuments historiques, mais "travailler dans une telle urgence, c'est du jamais vu!", souligne son patron, qui a suivi plusieurs formations spécifiques en France.
La livraison concerne 10 poutres de 20 mètres sur 1m20, qui serviront à consolider la structure restante de la cathédrale, "pour éviter que la situation ne s'aggrave". On le sait, sur l'île de la Cité, après l'incendie de Notre-Dame, la priorité est de préserver la structure de la cathédrale.

"Vu le court délai, nous avons dû détourner en urgence des commandes en cours", ajoute-t-il. Une dizaine d'employés sont sur le pont pour charger les camions de l'entreprise, mardi après-midi.Un convoi exceptionnel partira cette nuit pour Paris.  L'arrivée est prévue à Paris aux environs de 4h00 ou 5h00 du matin mercredi. Sur place, des grues sont actuellement installées pour placer ces charpentes made in Wallonie. Vu la difficulté d'accès avec un tel convoi, des contacts sont également en cours avec la préfecture de police locale afin d'obtenir les autorisations et blocages nécessaires pour amener ces poutres à destination.

"En tant que charpentiers, nous avons aujourd'hui la gorge nouée, réagit Patrick Vanhorenbeeck. Il s'agissait d'une des plus belles charpentes du monde. Il faut faire le maximum pour préserver ce qui reste."