PEOPLE

Meghan Markle: 5 rumeurs folles autour de l’arrivée du royal baby

Meghan Markle: 5 rumeurs folles autour de l’arrivée du royal baby

Et si Meghan accouchait à Windsor? Et si le bébé était déjà arrivé? Et si le couple avait choisi de se faire aider par un homme et non par une nounou comme le veut la tradition? Les questions autour de l’arrivée du royal baby n’en finissent plus. Reporters/Goff

On l’a bien compris, Meghan et Harry ne veulent rien faire comme les autres et le prouvent. Comme pour tous les autres aspects de sa nouvelle vie, la duchesse a clairement exprimé ses désirs et besoins et le protocole n’a qu’à s’adapter.

1. Et pourquoi pas un accouchement à la maison

C’est la dernière rumeur qui court à la Cour… La duchesse de Sussex aurait choisi d’accoucher, non pas dans un des prestigieux hôpitaux de la capitale britannique mais bien à la maison. Frogmore Cottage, une des ailes du château de Windsor serait, selon le «Daily Mail» (méfiance!), une des possibilités retenues par le couple.

Accoucher au château faisait d’ailleurs partie des traditions de la cour britannique jusqu’à ce qu’une certaine Diana vienne ruer dans les brancards et choisisse d’accoucher à l’hôpital.

Un retour aux sources en quelque sorte…

2. Pas de photo à quelques heures de l’accouchement

Habituellement, maman et bébé se présentent au peuple britannique (et au monde entier) à la sortie de la maternité pour offrir bébé en pâture aux photographes avides.

Cette fois, il n’en sera pas ainsi. Par voie de communiqué, le couple a précisé qu’il garderait le secret autour de la naissance leur enfant.

«Le Duc et la Duchesse de Sussex sont très reconnaissants de la bienveillance qu’ils ont reçue de la part du peuple du Royaume-Uni et du monde entier, alors qu’ils se préparent à accueillir leur bébé. Leurs Altesses royales ont pris la décision personnelle de garder secret les plans autour de l’arrivée de leur bébé. Le Duc et la Duchesse ont hâte de partager avec tout le monde les nouvelles du bébé une fois qu’ils auront eu l’occasion de célébrer sa naissance en privé, en tant que nouvelle famille».

Une décision qui choque certains mais, finalement, bien en phase avec le tempérament de Meghan. Fini la torture pour la maman qui, après avoir fourni un effort important et mis au monde un enfant, devait encore se préparer et affronter les regards du monde entier alors qu’elle ne rêve que de calme et d’intimité.

3. Une nounou pas comme les autres

Bien qu’ils puissent compter sur le soutien de la mère de Meghan, le duc et la duchesse de Sussex feront appel à une nounou dans les prochaines semaines.

Là encore, Harry et Meghan semblent avoir fait un choix bien différent puisqu’il s’agirait d’un «manny» et non d’une «nanny». Comprenez une nounou de sexe masculin.

Une idée progressiste en contradiction avec la tradition royale britannique qui a toujours fait appel à des femmes pour s’occuper des jeunes princes et princesses du royaume.

Une information qui n’est pas encore confirmée mais qui traduit bien la volonté d’ouverture du couple.

4. Un bébé qui devra payer des impôts aux États-Unis

Aucun doute sur le fait que le bébé royal d’Harry et de Meghan naîtra avec une cuillère d’argent dans la bouche. Mais le fisc américain voudra en prime en connaître la valeur.

La raison de cet intérêt des services fiscaux des États-Unis pour ce bébé tient à sa double nationalité, britannique par son père Harry, et américaine par sa mère, la duchesse de Sussex.

«Lorsqu’un des deux parents d’un enfant est américain et qu’il a résidé aux États-Unis pendant cinq ans dont au moins deux après 14 ans, alors le bébé est américain, rappelle David Treitel, fondateur de l’American Tax Returns, une société de conseil pour les expatriés américains au Royaume-Uni. C’est le cas de Meghan.»

À partir de sa naissance, les comptes en banque du bébé alimentés en argent frais par des parents soucieux de son avenir devront être déclarés. Tout comme les revenus qu’il pourrait générer si ses parents décidaient par exemple de lui faire suivre les traces de sa mère, ancienne actrice, en faisant de lui un bébé star du petit ou grand écran.

L’IRS, le service des impôts des États-Unis, exige aussi que les cadeaux de valeur offerts par des non-Américains à cet enfant soient également déclarés.

Ce n’est pas pour autant qu’ils paieront beaucoup d’impôts aux États-Unis: ceux-ci «peuvent souvent être compensés par les impôts à payer en Grande-Bretagne», commente Laura Saunders, spécialiste des questions fiscales au «Wall Street Journal».

5. Et si le bébé était déjà arrivé?

Les déclarations faites par le couple dans le communiqué de ce week-end ont fait couler beaucoup d’encre et certains affirment même que le bébé d’Harry et Meghan serait déjà né.

C’est en tout cas la supposition faite par « The Express » pour qui la déclaration «Le Duc et la Duchesse ont hâte de partager avec tout le monde les nouvelles du bébé une fois qu’ils auront eu l’occasion de célébrer sa naissance en privé.» ne veut rien dire d’autre. Pour le journal, le royal baby est déjà là et ses parents souhaitent vivre ces premiers moments dans l’intimité.

Affaire à suivre…