ENVIRONNEMENT

Économiser des tonnes de papier en refusant le ticket de caisse

Économiser des tonnes de papier en refusant le ticket de caisse

Avec le ticket électronique, plus besoin de vider vos poches après vos courses… EdA - 401141185835

Refuser de faire imprimer son ticket de caisse permettrait d’éviter le gaspillage de tonnes de papier. C’est l’effet papillon…

Lorsque vous passez à la caisse du magasin dans lequel vous venez d’effectuer vos achats, la question de savoir si vous souhaitez ou non un ticket de caisse vous est de plus en plus souvent posée par la caissière. Y compris dans la grande distribution.

C’est que «depuis 2014, nous rappelle Hans Cardyn, responsable de la communication de Comeos (le porte-parole des commerces et services en Belgique), moyennant le respect de certaines conditions, le commerçant peut délivrer ce ticket soit en format papier, soit en format électronique.

Pour pouvoir émettre un ticket de caisse électronique, il faut observer les conditions suivantes: uniquement pour les clients qui détiennent une carte de fidélité (dans un but d’identification du client) ou sur demande expresse du client (sous forme d’une inscription). Son choix ne doit être exprimé qu’une seule fois (et non à chaque passage en caisse)»

Nous ne disposons pas de chiffres globaux et précis sur les économies de papier que permet la mise en pratique de cette mesure sur l’ensemble du pays et pour tous les commerces. Mais, nous avons eu accès à l’étude que l’enseigne de mode multimarques ZEB a menée en ce domaine. Le groupe a mis en place ce système en 2018 et a pu économiser, rien que sur la première année, pas moins d’une tonne de papier.

«Les clients qui acceptent un ticket électronique (N.D.L.R.: par mail) représentent environ 95% de l’ensemble», précise la porte-parole de ZEB, Erika Mees.

Les 69 magasins de la marque (dont 14 en Wallonie et dans la périphérie bruxelloise) pratiquent tous la même stratégie. On peut raisonnablement imaginer que l’économie est du même ordre de grandeur pour les autres enseignes qui mettent également en pratique cette mesure. Il faut y ajouter les «petits commerces» de proximité qui sont, eux aussi, de plus en plus nombreux à ne plus proposer de ticket «papier» à leurs clients. Des petits efforts qui, conjugués à l’échelle nationale, représente une belle économie de papier de l’ordre de plusieurs tonnes. Et qui permettent, de surcroît, d’éviter d’enrayer la mécanique de certaines machines à laver… pour ceux - et celles - qui oublieraient de vider les poches de leur pantalon avant de le mettre dans le tambour du lave-linge…

Précisons encore que le ticket électronique est un moyen de preuve équivalent au ticket "papier".