FRASNES-LEZ-BUISSENAL

Non, notre Émile n’était pas éternel

Non, notre Émile n’était pas éternel

Les racines d’Émile Hansart étaient frasnoises, mais il se considérait surtout comme «un citoyen du monde». ÉdA – 202084785647

Émile Hansart est décédé dimanche dans sa maison du chemin d’Ellignies. Il était âgé de 95 ans, mais n’a jamais été vieux.

En octobre dernier, les différents médias du sud du pays s’étaient déplacés à Frasnes-lez-Buissenal pour rencontrer un sacré personnage: à 94 ans, toujours bon pied bon œil, Émile Hansart, dit Émile dou Patteuw, était le candidat aux élections communales le plus âgé du pays. Quelques jours plus tard, il devenait même l’élu le plus âgé du royaume de Belgique.

«Âgé, mais pas vieux», précisait en souriant celui qui disait déjà préparer les élections législatives de mai prochain. Ses amis le taquinaient en lui prédisant qu’il serait le premier candidat centenaire aux prochaines communales. Ces derniers temps, son état de santé s’était dégradé, Émile se sentait, usé, à bout de force. Il est parti dimanche soir, son épouse et son fils à ses côtés.

Né à Forest le 29 mars 1924, Émile Hansart était à la fois un homme d’esprit et «un terrien». Même s’il savait (bien) s’amuser, le travail ne faisait pas peur au Frasnois, qui a mené de front deux des métiers les plus difficiles mais aussi les plus beaux, les plus utiles aux autres: agriculteur et enseignant. Humaniste, Émile était un surtout un homme d’engagement « opposant à l’A8, auteur et chansonnier patoisant, altermondialiste avant l’heure, animateur sur la radio locale Tcheuw Beuzië, bénévole au service des pays du Sud, chrétien sans honte et sans forfanterie de gauche et… militant convaincu», rappelait-on il y a quelques semaines. Élu conseiller communal PSC dans son village en 1958, il avait claqué la porte du parti avant de passer dans les rangs du RW puis de fonder la section locale d’Écolo en 1980. Huit ans plus tard, il deviendra le premier élu vert de l’histoire de Frasnes-lez-Anvaing. En octobre dernier, voir son parti décrocher un second siège a constitué pour lui un grand moment d’émotion.

Solidaire avec les plus faibles

Ce citoyen du monde, scandalisé par le contraste entre la faim et la pauvreté qui frappent durement une partie de la planète et les gaspillages de notre société de consommation, avait l’espoir que Frasnes devienne une commune-pilote dans ce qu’il appelait «notre village-terre…» Sur les réseaux sociaux, les hommages se sont multipliés:

Didier Verdoncq (Écolo Frasnes): Émile, un homme pour qui le mot paix était le plus beau et le plus important, Émile, un sage, un homme au grand cœur, un écologiste de la première heure mais avant tout un citoyen du monde comme il aimait se qualifier.

Jean-Paul Doeraene (Écolo-Frasnes): Qui maintenant pour nous rappeler qu’un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes?

Jean-Pierre Dusoulier (auteur): Je suis sans mots… je pensais qu’il était éternel! No Émile… eul Pâteu des Collines… il en a semé des graines…

Marie-Colline Leroy (Écolo-Frasnes ): Citoyen du monde, habitant du village Terre, bienveillant et sans concession quand il s’agissait de défendre ses valeurs…

Zakia Khattabi Abtoy et Jean-Marc Nollet, co-présidents d’Écolo: Il a été jusqu’au bout, en étant candidat aux dernières élections communales, un modèle d’engagement et d’humilité.

Rudy Demotte, ministre -président de la FWB: Émile a été mon instituteur. Je me souviens de ses combats engagés contre la cigarette et son pacifisme ancré au cœur. Je me souviens de sa voix si particulière et ses r roulés comme des galets de rivière. Je me souviens des articles de La lucarne qu’il nous faisait lire dans un esprit critique.

Serge Hustache, député provincial: Très triste… c’était un ami et un homme exceptionnel qui hissait haut les valeurs humanistes et qui avait le sens de la fraternité et de la solidarité.

À la famille d’Émile Hansart, qu’il chérissait tant, à ses nombreux amis, notre journal présente ses sincères condoléances.