TRAIL

Lambotte, Anciaux, Pierret et les Bisontins

Lambotte, Anciaux, Pierret et les Bisontins

Dès le départ, Léonard et Lambotte sont déjà côte à côte. ÉdA – 401137470255

Pour cette 2e édition, les pompiers ont remis l’ouvrage sur leur métier. Quant aux Français, ils sont venus, ils ont couru et ont vaincu…

En ce mois d’avril, l’Amicale des Pompiers de Beauraing a remis le travail sur le métier. L’an dernier, 360 athlètes avaient répondu à leur invitation. Il semble y en avoir un peu moins, mais ça ne refroidit pas le président Kévin Rosière, ni son secrétaire Remy Chalet. «En 2018, c’était une première. Au niveau de l’organisation tout n’était pas nickel. Il faut être pris pour être appris. Et nous avons corrigé tous les manques. Ainsi qu’améliorer les trois parcours. Moins de béton, par exemple et quelques difficultés supplémentaires. Le dénivelé est plus conséquent. Sans oublier ce mur auquel nous avons accroché un vieux tuyau d’incendie afin d’en faciliter l’ascension. Nous proposons trois distances: 5 km (200 D + ), 14 km (410 D + ) et 21 km (620 D + ). Il y en a pour tous les goûts. Suivra ensuite une soirée «Années 80/90». Tout est OK, je peux donner le premier feu vert».

Sur ce demi-marathon, ils sont une septantaine, dont onze dames. William Lambotte a tôt fait de mettre tout ce beau monde au parfum, en assurant un tempo conséquent. Après le ravitaillement et contre toute attente, il va jouer cavalier seul. Sindbad Léonard va être le seul à pouvoir le suivre. Mais à l’arrivée, son dernier coup de rein va laisser le second à 28" et le 3e à 5'26". Quant à Vanessa Hermand (Cap Beauraing), en 2h05'13", elle n’a pas à rougir. Le vainqueur: «Du «Sportex Team» je suis les bons conseils de Fred Hardenne». Un monsieur qu’il ne faut plus présenter. Il a foulé les parquets bien avant de tricoter des gambettes sur les trails. Et son coaching donne de solides résultats. Encore ici: Benoît Badot va prendre la 3eplace sur ce 21 km (en 1h35'42"). Romain Pierret, la même, sur les 14 bornes (1h01'06") derrière deux intouchables français. Et Mathias Anciaux, la victoire sur 5 kilomètres (en 21'52") devant un Titouan Masset, on ne peut plus accrocheur.

Deux extra-terrestres

Au cours de l’échauffement qui, chez eux, n’est pas un vain mot, l’accompagnant nous confiait: «Ayant des connaissances dans le coin, nous avons fait un saut jusqu’ici. Théo Bourgeois et Camille Cucherousset qui s’alignent sur les 14 kilomètres sont deux jeunes de haut niveau de l’Académie Trail de Besançon. C’est un peu du Trail-Etudes. Normalement, ils devraient l’emporter sans trop puiser dans les réserves. «Vous la chauffez tranquille, hein les gars!». Et ces gars n’y vont pas aller de main morte! Ils terminent côte à côte en 57'41". À la moyenne de 14,5 km/h. Derrière, les Pierret, Hebette, Pochet et Pasque ne pouvaient que laisser aller. Grand coup de chapeau aux trois premières dames: M-P Haeghens, Isabelle Bauche et Ludivine Massart.

Sur les 5 kilomètres, Mathias Anciaux et Fiona Mertens triomphen. Une Fiona rayonnante! «Nous sommes parties à trois: Aline, Pascale et moi. La première prénommée nous a ensuite laissés filer. Dans la dernière difficulté, alors que ma compagne de sortie s’est mise à marcher, j’en ai profité pour mettre les bouts et gérer mon avantage jusqu’à l’arrivée».