CYCLISME

Paris-Roubaix: «héroïque» lanterne rouge en 2018, 9e en 2019

Paris-Roubaix: «héroïque» lanterne rouge en 2018, 9e en 2019

Evaldas Siskevicius a terminé la course à une magnifique 9e place. Photo News

Sous le feu des projecteurs l’année passée après avoir convaincu un officiel de lui rouvrir l’accès au vélodrome de Roubaix alors qu’il était hors-délai, le Lituanien Evaldas Siskevicius a été bien plus rapide cette année puisqu’il a terminé dans le top 10 du Paris-Roubaix de ce dimanche.

+ À LIRE AUSSI | Paris-Roubaix: Philippe Gilbert s’offre son 4e «monument» au sprint

«Je n’allais pas arrêter aussi près du but et après autant de souffrance. Alors j’ai continué.» Ces mots, ce sont ceux d’Evaldas Siskevicius, le coureur qui avait forcé l’entrée du vélodrome de Roubaix en 2018 alors qu’il était hors-délai et que la piste était déjà fermée.

De retour un an plus tard sur cet épisode très médiatisée de sa carrière, le Lituanien se souvient: «En arrivant devant le Vélodrome, un type sympa d’ASO a rouvert le portail. Et je suis entré. Mais personne n’aurait parlé de moi si une caméra ne m’avait pas filmé. Et je n’ai pas voulu faire le malin. J’étais quand même le dernier des derniers!» Tout l’inverse de cette année...

 

 

Car, contrairement à l’année dernière où il avait moyennement goûté à «L’Enfer du Nord», Evaldas Siskevicius a réussi le plus beau Paris-Roubaix de sa carrière, ce dimanche.

Loin de subir la course, le Lituanien s’est mis en évidence à plusieurs rperises, en tentant notamment de contrer le groupe de tête emmené par Philippe Gilbert.

Résultat des courses? Le coureur de l’équipe Delko-Marseille Provence-KTM a terminé la course à une superbe 9e place. Ce qui lui fera dire, dans un sourire: «Je voulais arriver plus tôt que l’année dernière.» Objectif (largement) atteint.

 

Un Rwandais, 9e en 2020?

Et si l’histoire se répétait en 2020? En effet, un autre coureur de l’équipe Delko-Marseille provence-KTM a terminé l’édition 2019 de Paris-Roubaix dans les dernières places, ce dimanche. Son nom? Joseph Areruya.

À 23 ans, le jeune coureur rwandais, avant-dernier de l'épreuve, est ainsi devenu le premier coureur noir africain à s’élancer et terminer «L’Enfer du Nord». Et ce, bien qu’il soit arrivé hors-délai également.

Sûr qu’il pourra s’inspirer de la récente performance de son coéquipier lituanien pour retenter l’aventure française l’année prochaine.