TRAIL

L’un des plus beaux de Belgique

L’un des plus beaux de Belgique

Le départ des 17 km avec un peloton pour le moins impressionnant. Amandine Gilson

Près de mille coureurs ont pris le départ des trois courses proposées ce samedi matin à Evrehailles à l’occasion du Trail au fil du Bocq.

Le Trail au Fil du Bocq, organisé à Evrehailles, c’est le TDB, le TDS et le BUS… Des initiales bien compliquées pour parler de trois courses différentes: le Trail du Bocq, long de 17 kilomètres avec 600 mètres de dénivelé positif, le Trail des Sauvages, destinés aux traileurs assez fous pour se lancer sur une épreuve de 26 kilomètres mais surtout, 1 100 mètres de dénivelé positif, ou encore le Bocq Ultra Sauvage, qui atteint les 43 bornes et 1700 mètres de dénivelé positif. Chaque année, les places se vendent comme des petits pains et tout le monde ne parvient pas à avoir son précieux sésame. Pour cette onzième édition, près de mille deux cents traileurs étaient inscrits, pour au final, neuf cent quarante-neuf personnes classées. Parmi elles, beaucoup de monde et beaucoup de beau monde. Il faut dire que le Trail au Fil du Bocq fait partie des incontournables. C’est un événement très bien organisé, de l’accueil des participants jusqu’au hamburger offert, après l’effort bien sûr et quelques jours après la course, les témoignages sur les réseaux sociaux le confirment également. Comme disaient certains au lendemain de l’épreuve, «la mémoire a migré dans les quadriceps pour leur rappeler combien ce trail est aussi magnifique qu’exigeant »…

Brossard et son humour

Les participants de la plus longue distance ont pris le départ en premiers. Ayant le plus de borne à courir, à 9h00 tapante, ils étaient déjà en route. Parmi eux, de très beaux noms, comme le bien connu Éric Brossard, loin du niveau auquel il nous a habitués. Mais comme il le dit en rigolant, son «niveau d’endurance en guindailles atteint des summums », François Rouchet ou encore un certain Florentin Gooris. Au final, c’est le Liégeois, François Rouchet, qui trépigne d’impatience à l’idée de courir les cinquante kilomètres de la «Bouillonnante» dans moins de trois semaines, qui s’est imposé. Cette victoire confirme que la forme revient, d’autant plus qu’il ne gagne pas devant n’importe qui. Florentin Gooris, qui fait partie du team Scott, a fait une petite erreur de parcours qui lui a valu la troisième place, juste derrière Damien Libert. Chez les dames, Elodie Dancette a terminé avec une heure de plus que le vainqueur masculin et s’est classée première.

Deneffe de retour

Le chrono de la moyenne distance a littéralement été explosé par le traileur-organisateur, Vincent Siringo. Habitant Alost, il est pourtant loin d’être habitué au dénivelé de la vallée du Bocq, mais a été ultra-rapide, l’emportant devant Martin Léonet, devancé de quelques secondes, au sprint, par Jérôme Quetin. Virginie Deleau s’est imposée chez les filles. Partis en dernier, les participants de la petite distance étaient aussi les derniers à rejoindre la ligne d’arrivée. Après une reprise sur route la semaine dernière, Guillaume Deneffe a renoué avec les trails en décrochant la victoire devant Cédric Dufey et Corentin Levacq. Catherine Craps a été la plus rapide, devant Claire Avril, qui remettait un dossard après huit mois.