Huy: la Fashion Pool, une plongée dans la mode locale

Huy: la Fashion Pool, une plongée dans la mode locale

Plusieurs générations ont défilé autour du bassin, à la piscine de Huy. Heymans

Samedi, la Huy Fashion Pool s’est tenue à la piscine communale. Les commerçants ont présenté leur collection printemps/été.

Groupe de danse, de rock et défilé de mode: la piscine communale s’est transformée, le temps d’une soirée, en un véritable lieu de spectacle, pour la deuxième édition de la Huy Fashion Pool. «Le but, c’est vraiment de promouvoir les commerçants hutois tout en mettant en valeur notre piscine, explique Vivienne Wandji, directrice du centre sportif local. La piscine représente une vitrine exceptionnelle pour eux. J’entends souvent que les commerçants se plaignent en disant que la ville est très calme, qu’il n’y a pas assez de clients… Organiser un défilé de mode, c’est l’occasion de leur offrir cette visibilité.»

Avec deux bassins de 25 et 15 m de long, la piscine présente de belles opportunités en termes d’aménagement. «Je trouve ce lieu exceptionnel et surtout multifonctionnel, poursuit la directrice. On s’est rendu compte que, tout cet espace, il fallait le rendre polyvalent pour l’ouvrir à un public le plus large possible. On a eu l’idée de créer un lieu qui soit événementiel. On avait déjà organisé l’Aquanight et la première édition de la Fashion Pool avait bien marché. Cette année, on continue tout en essayant d’amener une plus-value. La piscine de Huy reste bien sûr ouverte à toutes les idées. Notre souhait, c’est aussi que les gens découvrent la piscine par d’autres biais que celui de la natation.»

Pour que l’événement se concrétise, la directrice et son équipe ont accompli un travail en amont. «C’est une soirée qu’on organise en interne. Nous estimons que c’est notre mission d’animer le centre de la ville.»

Des capsules vidéos de chaque commerce

En tout, sept commerçants locaux ont répondu à l’appel. «Nous sommes allés les voir pour réaliser des capsules vidéos de présentation qu’on diffuse sur grand écran avant chaque passage. En fait, la soirée est séquencée. D’abord, on ouvre le défilé par une chorégraphie du groupe de danse Équinoxe. Il y a aussi un groupe de rock et des animations. Cette année, nous avons la présence du collectif des Marie-Claire qui défilera en tenues d’époque. Ensuite, chaque commerce a droit à trois passages pour présenter sa collection printemps/été 2019. Évidemment, les produits des différentes boutiques seront disponibles après le défilé pour une vente sur place.»

Les réactions

Huy: la Fashion Pool, une plongée dans la mode locale
EdA
Mike (36 ans), mannequin, Wanze

«Je participe en tant que mannequin pour la boutique de balnéaire et de lingerie “ La Pince à Linge ”. J’ai déjà travaillé pour eux et j’ai aussi participé à Top Model Belgium mais je fais cela en tant qu’amateur, surtout pour le plaisir. Il y a toujours un peu de stress avant le passage. Je n’avais jamais défilé autour d’une piscine, alors j’espère juste que je ne vais pas tomber à l’eau. »

Huy: la Fashion Pool, une plongée dans la mode locale
EdA
Caroline, professeur «Equinoxe»

«On ouvre la soirée avec une chorégraphie de reggae qu’on a montée pour notre spectacle annuel. On a entre 16 et 36 ans et on organise des cours à l’école de Wanze mais aussi à Huy. On prépare notre passage depuis un mois ou deux. Moi, j’avais déjà dansé, il y a une quinzaine d’années pour un groupe de natation à la piscine. En tout cas, l’eau ne nous fait pas peur.»

Les «Marie-Claire» lancent leur crowdfunding

Huy: la Fashion Pool, une plongée dans la mode locale
EdA
Le collectif hutois des «Marie-Claire» était présent lors de la Fashion Pool pour défiler en tenues des années 30.

« C’est l’occasion de se faire connaître, explique Frédéric Dubois, photographe et fondateur du groupe. Les Marie-Claire, c’est un hommage aux femmes des années 30-40. Nous sommes une douzaine, passionnés d’histoire. On fait des photos en vêtements d’époque. Notre but, c’est de faire revivre les années qui s’étendent de 1936 à 1947. On souhaite réaliser un court-métrage dans les rues de Huy. L’histoire se déroulerait sous l’occupation allemande et durerait le temps d’une chanson. Ici, ce serait l’amant de Saint-Jean. »

Pour réaliser leur film, le collectif a besoin de 850€. Un crowdfunding a été lancé le 16 mars et prendra fin le 16 avril. Pour l’instant, les Marie-Claire ont récolté 50% de la somme. « On a aussi d’autres projets comme la création d’une chaîne Youtube.»

Pour soutenir le collectif: https://www.facebook.com/Les-Marie-Claire-559834177860242/

+ À lire : la Fashion Pool en images