CHASTRE

PHOTOS| Un lieu d’accueil spécialisé pour les animaux plus "sensibles", le nouveau projet de Sans Collier

L’ASBL Sans Collier annonce la construction d’un deuxième refuge pour animaux (après celui de Perwez) en Brabant wallon. Montant de l’investissement: 1.4 million d’euros. Il sera destiné aux animaux plus sensibles.

+ PHOTOS 360° & VIDEO| Première visite dans le nouveau refuge 5 étoiles de Sans Collier

C’est sur l’ancien refuge de Chastre que Sans Collier a choisi de démarrer un nouveau projet ambitieux: la construction d’un second refuge, spécialisé et complémentaire à celui de Perwez, pouvant héberger en permanence près de 80 chiens et chats et permettant de sauver chaque année près de 300 animaux.

Le projet prévoit la rénovation complète du site. La superficie du terrain est doublée, passant de 2000 m2 à 4000 m2, suite à l’acquisition d’une parcelle voisine par l’association.

Le coût total du projet est estimé à 1.4 million d’euros, financé uniquement sur fonds propres, par les dons. Sans Collier investit directement le soutien de ses membres dans des actions concrètes.

Le projet, dont la demande de permis a été introduite en février, devrait voir le jour au printemps 2021. La construction quant à elle devrait débuter déjà dans quelques mois, cet été, et durer un an et demi.

Un lieu d’accueil spécialisé pour les plus sensibles

Le site se compose d’une zone dédiée aux animaux âgés, maltraités, au comportement spécifique ou en revalidation. Cette partie, dont le confort peut être assimilé à celui d’un foyer (grandes zones extérieures, animaux en liberté…) pourra accueillir 55 animaux (20 chiens, 35 chats, chaque espèce disposant de sa zone propre).

"Sans Collier souhaite ainsi offrir des conditions optimales aux animaux abandonnés à son refuge de Perwez et nécessitant des soins importants ou un hébergement adapté", précise Sébastien De Jonge, directetur de l'ASBL.

Le centre se veut donc complémentaire à celui de Perwez et permettra des transferts d’animaux en fonction de leurs besoins et de leur état de santé. Bien que les adoptions y seront possibles, les locaux permettront d’offrir une fin de vie digne aux animaux «inadoptables».

Une pension sociale

Le centre proposera également un hébergement provisoire, une «pension sociale», pour les animaux de personnes à bas revenus et qui rencontrent des difficultés temporaires (hospitalisation d’urgence, perte d’un logement…). Sous certaines conditions, Sans Collier pourra héberger leurs animaux le temps nécessaire, pour 1€ symbolique par jour.

«L’objectif est ici d’éviter des abandons dont la cause serait uniquement financière/accident de vie et de permettre aux propriétaires responsables de ne pas perdre leurs animaux», précise Sébastien De Jonge.

La pension sociale pourra accueillir 25 animaux (une quinzaine de chats et une dizaine de chiens).

Sans Collier renforce son action en Brabant Wallon

En investissant dans ce nouveau projet, l’association souhaite étendre ces missions et répondre aux problématiques d’abandons et maltraitances dans la «jeune» province. L’objectif est de travailler par «bassin de vie» et de pouvoir offrir une réponse locale à des problématiques existantes localement.

Le bâtiment se situe sur la N4: