ETTERBEEK

«Cas d’école accidentogène»: Etterbeek recale la piste cyclable avenue de Tervueren

«Cas d’école accidentogène»: Etterbeek recale la piste cyclable avenue de Tervueren

Faute de consensus entre Région et Commune, les cyclistes devront se contenter d’aménagements bancals dans ce genre sur l’avenue de Tervueren. Google Street View

Le collège des bourgmestre et échevins d’Etterbeek a recalé le projet régional de piste cyclable entre Mérode et Montgomery. Malgré les demandes répétées des cyclistes.

Les cyclistes ont manifesté en masse critique ce vendredi 29 mars sur l’avenue de Tervueren à Etterbeek. Leur objectif: exiger l’aménagement cycliste bidirectionnel de l’axe entre le rond-point Montgomery et Mérode, ou plus précisément la rue des Aduatiques.

Avant même cette manifestation, le collège des bourgmestre et échevins d’Etterbeek avait prévenu avoir recalé le projet régional de piste bidirectionnelle, tout en ayant lancé une étude de sécurité routière. Il en avait débattu la veille.

La majorité etterbeekoise rappelle sa volonté, inscrite dans la déclaration de politique générale de février, de «doter cet axe très fréquenté par les cyclistes d’un projet global d’aménagement de deux pistes cyclables séparées du trafic et de transformation de l’avenue de Tervueren en un boulevard urbain où le trafic serait apaisé et la vitesse automobile limitée». En ce sens, cette même majorité déplore selon ses dires que «le Ministre régional de la Mobilité (Pascal Smet, NDLR) a refusé cette alternative globale pour privilégier, en cette fin de législature et à la veille du scrutin régional, un projet minimaliste». Toujours selon Etterbeek, cette option «ne garantit pas, à ce stade, la sécurité et l’intégrité des cyclistes».

Le constat viendrait principalement du fait que les cyclistes seraient là-bas forcé de rouler à contresens. Ce qui «présente un risque accru» selon la majorité etterbeekoise.

Le service communal de la Mobilité analyse en outre que le projet régional «comporte un cas d’école d’aménagement accidentogène: sur une contre-allée empruntée par un grand nombre de véhicules roulant à vive allure, il est impossible pour un conducteur lambda de se concentrer sur le trafic automobile venant de gauche pour pouvoir se lancer et, dans le même temps, d’avoir un œil constant sur le trafic cycliste venant de droite, parfois à vive allure aussi. Même un automobiliste attentif ne pourra veiller en permanence des deux côtés à la fois.»

C’est cette justification qu’avance le collège pour justifier son avis négatif au projet régional. Mais se disant «constructif», le collège «a décidé de désigner un bureau d’étude spécialisé en sécurité routière afin d’objectiver les risques et de définir, hors de tout agenda politique, le meilleur projet».