TÉLÉCOMS

L’IBPT veut plus de concurrence sur le marché des lignes télécoms de haute qualité louées

L’IBPT veut plus de concurrence sur le marché des lignes télécoms de haute qualité louées

Proximus est toujours dominant dans ce secteur. BELGA

L’Institut belge des postes et des télécommunications (IBPT) a lancé une consultation sur la régulation de l’accès télécoms de haute qualité, c’est-à-dire des lignes louées par des entreprises ou des opérateurs alternatifs.

D’après son analyse du marché de gros, Proximus y «occupe toujours une position dominante». L’organisme souhaite dès lors davantage y stimuler la concurrence.

Sur le marché de détail, les services d’accès de haute qualité sont destinés aux entreprises qui les utilisent, par exemple, pour connecter leurs différents sites entre eux et mettre sur pied des réseaux privés virtuels (VPN). Sur le marché de gros, les opérateurs alternatifs, comme Telenet, Orange mais aussi British Telecom (BT) ou Verizon, achètent ces services d’accès de haute qualité afin de connecter des sites qu’ils ne peuvent pas atteindre avec leur propre infrastructure de télécommunications.

Selon l’analyse de l’IBPT (qui n’évoque pas les câblo-opérateurs Telenet et Voo, NDLR), «Proximus détient toujours une puissance significative» sur ce marché de gros, où il jouit d’une importante part de marché. L’ex-Belgacom dispose en outre d’une infrastructure difficile à dupliquer sur l’ensemble de la Belgique, d’après l’Institut.

Des tarifs équitables et non discriminatoires

Pour le régulateur des télécoms, l’entreprise semi-publique doit continuer d’offrir aux opérateurs alternatifs un accès à ses infrastructures de cuivre et de fibre optique. Cela doit au moins leur permettre de dupliquer les services de Proximus ou de les adapter aux besoins de leurs clients. Ces derniers pourront également bénéficier d’une couverture nationale sans devoir s’interconnecter à plusieurs nœuds du réseau, estime l’IBPT.

L’Institut propose en outre d’obliger Proximus à fournir un accès «passif» via son infrastructure de fibre optique. Cela permettrait aux opérateurs alternatifs de directement y connecter leur propre équipement et stimulerait une concurrence plus durable, car passant par les infrastructures.

Pour ces différents services de gros, Proximus devra appliquer des tarifs équitables et non discriminatoires, suggère le régulateur.

Compte tenu du fait que plusieurs infrastructures sont déjà présentes dans certaines zones, l’IBPT souhaite laisser davantage y jouer la concurrence et y réduire le degré de régulation.

Les acteurs du marché disposent jusqu’au 10 mai pour communiquer leurs remarques concernant ce projet de décision. Ce que fera Proximus après avoir analysé attentivement la publication de vendredi, précise-t-il. Le texte sera ensuite présenté à l’Autorité belge de la Concurrence, aux régulateurs média et à la Commission européenne. La décision définitive est attendue avant la fin 2019.