BELGIQUE

Bien-être animal: Gaia attribue une note de 17/20 à Carlo Di Antonio

Bien-être animal: Gaia attribue une note de 17/20 à Carlo Di Antonio

C Reporters/QUINET

Les trois Régions affichent un bilan positif concernant le bien-être animal, selon Gaia. le ministre wallon sort grand gagnant de l’exercice.

Les ministres et secrétaire d’État compétents pour le bien-être animal – Carlo Di Antonio en Wallonie, Ben Weyts en Flandre et Bianca De Baets à Bruxelles – bouclent la législature sur un bilan positif, affirme Gaia. Mardi, l’association de défense des animaux leur a décerné un diplôme d’honneur pour leurs politiques respectives. Avec un score de 17/20, le ministre wallon Carlo Di Antonio (cdH) gravit la première marche du podium.

Dévolue aux Régions depuis la sixième réforme de l’État, la compétence du bien-être animal est désormais partagée entre deux ministres et une secrétaire d’État, qui «ont fait de grands pas en avant», selon Gaia.

L’association a passé leurs politiques au crible dans quatre catégories: la meilleure législation, les animaux de compagnie, les animaux en élevage et les animaux en laboratoires.

Avec une note de 17/20, le ministre wallon sort grand gagnant de l’exercice. «Carlo Di Antonio aura réalisé davantage d’avancées en une seule législature que n’importe quel gouvernement dans le passé. Il a effectué un excellent parcours», s’est réjoui le président de Gaia, Michel Vandenbosch.

En Wallonie

Sous l’impulsion de M. Di Antonio, la Région s’est dotée d’un Code wallon du Bien-être des animaux, «véritable point fort» de la législature, selon Gaia. Ce texte interdit notamment l’élevage de poules pondeuses en cage, les manèges à poneys ou encore l’expérimentation des produits d’entretien et des biocides sur les animaux. Parmi d’autres dispositions, il force aussi les abattoirs à installer des caméras de surveillance.

La Wallonie a également approuvé l’interdiction de l’élevage d’animaux à fourrure et de l’abattage sans étourdissement, ainsi que la stérilisation obligatoire des chats.

Seules ombres au tableau : le gavage pour la production de foie gras et la castration chirurgicale des porcelets restent d’application, regrette Michel Vandenbosch, qui fait de leur interdiction une revendication prioritaire pour la prochaine législature.

À Bruxelles

À Bruxelles, la stérilisation obligatoire des chats, l’interdiction de l’élevage des animaux à fourrure, du gavage forcé ou des poneys de foire sont autant de décisions dont peut se targuer Mme De Baets (CD&V).

Mais la secrétaire d’État, qui obtient 14/20, n’est pas parvenue à mobiliser le gouvernement derrière l’interdiction de l’abattage sans étourdissement. «Un échec», selon Gaia, qui a pesé dans la balance.

En Flandre

Enfin, au nord du pays, le ministre Ben Weyts (N-VA) arrache une note de 16/20 avec l’interdiction de l’abattage sans étourdissement, du gavage pour la production de foie gras ou encore de l’élevage des animaux à fourrure.

Pour Gaia, les élevages de poules pondeuses en cage restent cependant problématiques.