MÉDIAS

VIDÉO | Une délégation de Nice-Matin à Namur: «On ne comprend pas la stratégie de Nethys»

Une délégation du personnel du quotidien Nice-Matin est «montée» en Belgique. Ils se disent catastrophés par l’attitude de leur actionnaire, Nethys, et par l’attentisme du monde politique belge. «Nous sommes dans l’antichambre du redressement judiciaire».

Ils sont une petite dizaine à avoir décidé de quitter la Côte d’Azur pour venir deux jours en Belgique. Cette délégation du personnel de Nice-Matin vient de faire le point sur la situation financière de leur journal lors d’une conférence de presse à Namur. Ils disent avoir tout essayé, en vain, pour obtenir des réponses de leur actionnaire belge, Nethys.

Ce mardi après-midi, ils vont donc profiter des auditions sur les Éditions de l’Avenir au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour approcher le monde politique. Et l’interpeller. Pour l’heure, ils s’interrogent sur «l’attentisme» du monde politique belge.

«Mais surtout, on ne comprend pas la stratégie de Nethys. Ils ne veulent ni monter à 51% dans le capital, comme ils s’étaient engagés à le faire pour le 1er janvier 2019, ni développer l’entreprise, ni nous revendre alors qu’il y a une offre intéressante à laquelle Stéphane Moreau ne donne pas suite», résume l’un des délégués syndicaux de l’entreprise française.

Des mois que ça dure. Le tribunal de commerce a placé Nice-Matin sous plan de sauvegarde. «C’est la dernière étape avant le redressement judiciaire», prévient Alexandre Sare, secrétaire du comité d’entreprise et délégué du syndicat CGT.

Le quotidien du sud de la France compte 850 salariés. Nethys est entré dans l’actionnariat du journal en 2016, avec 20%, avant de monter à 34% en 2017. «C’était un beau projet. Il y avait de belles paroles. Stéphane Moreau allait moderniser et investir. On y a cru», raconte Alexandre Sare.

Mais le personnel a dû déchanter. «Aujourd’hui, nous n’avons plus confiance. On ne veut plus de Nethys. On veut de vrais investissements, de vrais projets! Plus on attend, plus on devient invendable. Si le repreneur se lassait, ce serait catastrophique!»

L’interview des représentants du personnel de Nice matin dans notre vidéo ci-dessus.

VIDÉO | Une délégation de Nice-Matin à Namur: «On ne comprend pas la stratégie de Nethys»
La délégation de Nice matin à Namur ce mardi matin. © ÉdA – Jacques Duchateau