FOREST

4500 signatures pour la sauvegarde du jardin de la Villa Dewin à Forest

4500 signatures pour la sauvegarde du jardin de la Villa Dewin à Forest

Le projet du promoteur Immograda prévoit de s’implanter de façon mitoyenne à la Villa Dewin. Notre Histoire

Le projet immobilier dans le jardin de la Villa Dewin, à Forest, passe en commission de concertation ce 26 mars. Le comité de quartier Meunier a remis une pétition de 4500 signatures à Rudi Vervoort.

C’est un jour crucial pour les riverains de la Villa Dewin, à Forest: c’est ce 26 mars que se tient la commission de concertation concernant le projet Immograda. Aussi, le comité de quartier Meunier a remis ce lundi 25 mars une pétition de 4500 signatures au Ministre-Président Rudi Vervoort.

 

 

Le projet vise à implanter 2 immeubles (39 logements, un espace pour profession libérale et 41 parkings en sous-sol) au sein du jardin de la villa Dewin. Cet édifice classé en 2016, parfois appelé Hôtel Danckaert, se situe rue Meyerbeer 29-33 à Forest, dans le quartier Molière. Le projet ne menace donc pas ses murs mais bien son jardin. Il prévoit d’ailleurs l’abattage de 29 arbres haute tige quasi centenaires.

Les riverains du comité de quartier Meunier, à Forest, luttent depuis des années pour préserver le patrimoine de la villa et de son jardin. Le projet a donc été revu plusieurs fois et le promoteur gantois Immograda a finalement remis un plan qui construit sur la partie non classée du jardin. Et qui modifie sensiblement les perspectives des rues adjacentes, faisant disparaître les feuillages du jardin.

 

 

Cependant, le comité de quartier Meunier voit l’affaire autrement. Suite à des travaux de jardinage collectif dans l’ancienne roseraie de la villa, plusieurs idées pour se réapproprier le lieu «ont fusé». Les défenseurs du patrimoine voient en outre dans l’espace vert un exemplaire de «jardin pittoresque» en vogue au début du XXe siècle. Ils dénoncent «l’incohérence» du classement partiel du jardin en 2016 et réclament son classement complet. Ils ont été suivis par un avis de la Commission royale des Monuments et Sites en novembre 2018.

C’est en ce sens qu’ils ont remis une pétition au Ministre-président bruxellois. Revendiquant «plus de 4500 signatures», les déposants exigent des mandataires régionaux «qu’ils agissent en cohérence avec la décision de classement de 2016 ainsi qu’avec les déclarations de politique générale en matière de protection du patrimoine et de l’environnement. Au vu des enjeux climatiques actuels, nous demandons qu’ils refusent le projet de construction Immograda et qu’ils écoutent le projet écologique que les citoyens proposent pour valoriser ce lieu hors du commun».

La commission de concertation de ce 26 mars pourrait leur en donner l’occasion.