Seniors sur les routes: près de 100 morts en 2018 et un constat frappant

Seniors sur les routes: près de 100 morts en 2018 et un constat frappant

Belga

Alors que le nombre global de tués sur les routes a continué à diminuer en 2018, les chiffres préoccupent pour les seniors.

+ À LIRE AUSSI | De 847 à 440 tués sur place en dix ans: «On ne pourra pas arriver à sauver 170 vies supplémentaires d’ici à 2020» 

En 2018, pour la troisième année consécutive, le nombre de tués sur les routes a diminué. De 475 décès en 2017, on est passé à 440 «tués sur place» l’année dernière (-7,4%). C’est pratiquement deux fois moins d’accidents mortels en dix ans (847 tués).

À ce chiffre de 440, il faut ajouter les victimes qui perdent la vie dans les 30 jours qui suivent l’accident. On arrive alors à un total estimé à 590 décès en 2018, contre 615 en 2017.

S’il a diminué chez les piétons, le nombre de tués a augmenté chez les cyclistes (de 40 à 44 tués) et les motards (de 64 à 71 tués). «On paye (sans doute) un excellent été, qui a incité à aller se balader à deux-roues», indique Benoît Godart, porte-parole de l’institut Vias.

Chez les seniors (65 ans et plus), le nombre de tués est passé de 87 à 97. «Il est surtout frappant de constater que l’on enregistre 12 tués de plus pour cette catégorie d’âge dans les accidents impliquant un camion (le nombre de victimes a doublé: de 12 à 24)», précise-t-on. Que faire? «La moitié des tués le sont en tant que piéton ou cycliste. Il faut les sensibiliser à l’importance du port du casque, d’autant plus avec les vélos électriques. Il y a également un travail de sensibilisation par rapport aux angles morts autour d’un camion.»