LA LOUVIÈRE

De nouveaux incidents entre la RAAL et les Francs Borains

De nouveaux incidents entre la RAAL et les Francs Borains

Les supporters de la RAAL sont réputés pour être chauds en tribune. Mais certains ont tendance à déraper hors du stade. Jérôme Houet

L’après-match a été émaillé d’incidents autour du stade du Tivoli samedi dernier.

Décidément, la cohabitation est compliquée entre les Centraux de la RAAL et les Borains du RFB. Tout le monde se souvient de la rencontre du 13 janvier 2018 au stade Urbain à Boussu, où une petite centaine de hooligans louviérois envahit le terrain à l’issue de la rencontre et s’en est pris aux joueurs et au staff des Francs Borains.

RELIRE | Des supporters pètent les plombs après le match Francs Borains-La Louvière

Samedi dernier, le scénario s’est répété: le derby du Cœur du Hainaut a accouché d’une défaite de la RAAL à domicile (0-2) et l’après-match a dérapé. Le parking 2 du Tivoli, où se trouvaient les véhicules du staff et des joueurs visiteurs, a été la cible de supporters locaux encagoulés.

Ceux-ci ont chargé les forces de l’ordre «pour s’en prendre aux joueurs et membres du staff du RFB, enfermés dans ce parking sous haute protection policière», selon la direction du club borain. Tous les grillages du parking 2 ont d’ailleurs été arrachés.

Par ailleurs, «le véhicule de notre entraîneur adjoint, M. Chem El Araichi, a été fortement endommagé; ce qui a fait l’objet d’un dépôt de plainte en bonne et due forme de sa part», poursuit le club.

Qui déplore de nouveaux débordements «scandaleux et inacceptables», malgré la signature d’une Charte Supporters RAAL et une sanction émise par le Comité Sportif et le Comité d’Appel lors des incidents de la saison dernière.

Le club borain appelle donc le président de la RAAL Salvatore Curaba et le bourgmestre de La Louvière Jacques Gobert à prendre leurs responsabilités, «mais cette fois de façon bien plus proportionnée par rapport à la gravité des nouveaux actes commis.»

La RAAL condamne

De son côté la RAAL a réagi ce lundi dans un communiqué et condamne «fermement ces agissements.» S’estimant «floué par les actes d’une minorité», le club analyse «toutes les pistes.», précisant que des sanctions «adéquates et réfléchies» seront prises contre. Une réunion avec les autorités devrait être organisée dans les prochains jours.

Par ailleurs, le club ne manque pas de pointer un climat délétère autour de la rencontre dont il estime ne pas être le seul responsable. «Les dirigeants louviérois ont pris acte des accusations, attaques et provocations successives émanant d’entités sportives régionales (avant, pendant ou après le match de ce samedi).»

Ainsi, si les dirigeants borains dénoncent «des insultes ad hominem et récurrentes […], des insultes à caractère raciste sur les habitants de la région du Borinage [et] des agressions verbales continues émanant de personnes de la RAAL en zone neutre à l’encontre de notre staff sportif et joueurs», plusieurs supporters louviérois pointent l’attitude provocante du camp d’en face dont celle du gardien de but borain qui n’aurait eu de cesse de narguer les tribunes, en exhibant notamment… ses parties génitales.

Si les différentes parties analyseront tout cela à tête reposée et se pencheront sur les différentes accusations, force est de constater que le football amateur s’est encore grandi ce samedi au Tivoli…