MONDE

Trump défend son usage de Twitter: «Faire passer mon message quand les médias sont corrompus»

Trump défend son usage de Twitter: «Faire passer mon message quand les médias sont corrompus»

Reporters/DPA

Le président américain Donald Trump a défendu mercredi son usage intensif de Twitter, affirmant que c’était le meilleur moyen pour lui de contourner des médias qualifiés de «corrompus» et «malhonnêtes».

«Twitter est le moyen pour moi de faire passer mon message quand les médias sont corrompus, et ils sont corrompus», a lancé le président américain depuis les jardins de la Maison Blanche avant de s’envoler pour l’Ohio.

«Nos médias sont si malhonnêtes, la plupart d’entre eux», a poursuivi le 45e président des États-Unis lors d’un échange avec les journalistes.

«Ils ne relatent pas les faits», a ajouté le locataire de la Maison Blanche, coutumier des attaques extrêmement virulentes contre les journalistes.

Évoquant son recours à «Facebook, Instagram, Twitter», il a ajouté: «C’est une façon pour moi de faire passer un message honnête car il y a énormément de malhonnêteté parmi les médias Fake News».

Le compte Twitter @realDonaldTrump compte près de 60 millions d’abonnés.

Trump met en doute la légitimité du procureur spécial Mueller

Le président américain Donald Trump a une nouvelle fois mis en doute mercredi la légitimité du procureur spécial Robert Mueller, s’insurgeant contre le fait qu’il puisse rédiger un rapport alors qu’il n’a, contrairement à lui, pas été élu.

La rapport de M. Mueller, qui enquête sur une éventuelle collusion entre la Russie et l’équipe de campagne de Donald Trump lors de la présidentielle de 2016, est présenté comme imminent depuis plusieurs semaines mais aucune date de fin des investigations n’a été annoncée.

«J’ai eu la plus grande victoire électorale de l’histoire de notre pays, des dizaines de millions de voix», a souligné M. Trump depuis les jardins de la Maison Blanche. «Et maintenant on a quelqu’un qui va écrire un rapport et qui n’a jamais eu une seule voix! «, a-t-il ajouté.

«Nous verrons si le rapport est honnête», a-t-il encore dit. «Pas de collusion, pas de collusion», a-t-il martelé, comme il le fait à chaque fois qu’il évoque cette enquête.