MONDE

Génocide en Bosnie: Radovan Karadzic condamné à la perpétuité

Génocide en Bosnie: Radovan Karadzic condamné à la perpétuité

AFP

L’ex-président des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, a été condamné mercredi en appel à la prison à perpétuité par la justice internationale, après avoir été initialement condamné à purger 40 ans de prison pour génocide et crimes de guerre.

En appel mercredi, la justice internationale a ordonné une peine à perpétuité, aggravant la condamnation à 40 ans de prison prononcée en première instance en 2016 contre l’ancien chef politique des Serbes de Bosnie pendant la guerre intercommunautaire (1992-95). Il est définitivement jugé coupable de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Après la première instance, il avait qualifié de «monstrueux» ce verdict du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Il semblait à ce point convaincu de son innocence qu’il avait fait sa valise, pensant repartir en homme libre. Un optimisme que son entourage affichait toujours avant l’appel, mais encore une fois déçu par les juges.

Aujourd’hui âgé de 73 ans, Karadzic est depuis 2009 derrière les barreaux du quartier pénitentiaire des Nations unies, à La Haye.

Après 13 ans de cavale, Karadzic a été arrêté en juillet 2008 dans un bus de la banlieue de Belgrade, trois ans avant l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, condamné en 2017 à la perpétuité.

Karadzic est alors méconnaissable: barbe blanche fournie et cheveux longs, il se fait appeler Dragan Dabic et se présente comme un spécialiste en médecine alternative.

Monstre mégalomaniaque pour les Croates catholiques et les Bosniaques musulmans qui le rendent responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes, Karadzic reste en revanche un «héros» pour de nombreux Serbes orthodoxes.

«Il aurait fait un bon nazi»

Richard Holbrooke, défunt architecte des accords de Dayton (États-Unis) qui ont mis fin à la guerre en Bosnie, le décrivait comme «un des pires» hommes qui puisse être. «Il croyait vraiment aux théories racistes […] Il aurait fait un bon nazi», avait déclaré le diplomate américain.

Pour le général britannique Michael Rose, commandant des forces de l’ONU en Bosnie en 1994, Karadzic était «un menteur accompli, intrinsèquement paranoïaque, un buveur invétéré».

Né le 19 juin 1945 à Petnjica, village pauvre du Monténégro, Karadzic avait cinq ans lorsqu’il rencontre pour la première fois son père: celui-ci avait été emprisonné par le pouvoir communiste yougoslave pour avoir été membre des Tchetniks, mouvement royaliste serbe, qui s’est rendu coupable d’atrocités pendant la Seconde Guerre mondiale.

À 15 ans, il arrive à Sarajevo où il entame des études de médecine en 1964, puis se spécialise en psychiatrie. Poète à ses heures, il écrit des pièces de théâtre et joue de la musique folklorique serbe.

«En témoignant contre lui (devant le TPIY, NDLR), j’ai remarqué que cet homme n’avait aucun remords», avait dit à l’AFP Mirsada Malagic, dont deux fils et le mari ont péri dans le massacre de Srebrenica (est).

Il déclarait aux juges fin 2012: «J’ai fait tout ce qui était humainement possible pour éviter la guerre et réduire la souffrance humaine».

Mais durant la guerre, il avait demandé de créer à Srebrenica «une situation insupportable, avec aucun espoir de survivre» pour les habitants bosniaques.

Selon les chiffres du Mémorial de Potocari, les forces serbes de Bosnie ont tué en juillet 1995 dans l’enclave de Srebrenica, plus de 8.000 hommes et adolescents musulmans, un crime considéré par la justice internationale comme un acte de génocide.

En plein regain des nationalismes dans les Balkans, Karadzic avait fondé au début des années 1990 son Parti démocratique serbe (SDS) de Bosnie, aujourd’hui encore une des principales formations du pays multicommunautaire.

Son projet de partition de la Bosnie s’accélère quand les Serbes de Bosnie boycottent le référendum sur l’indépendance de mars 1992. Après ce scrutin, les forces serbes de Bosnie lancent leurs opérations militaires et se livrent alors à une campagne de nettoyage ethnique effrénée.

Président de la République des Serbes de Bosnie (Republika Srpska) dont il est un des fondateurs, Karadzic est accusé d’avoir orchestré cette campagne.

Plus d’un million de non Serbes sont expulsés de leurs maisons. Le conflit fait au total près de 100.000 morts, dont deux-tiers de Bosniaques musulmans et un quart de Serbes, selon le «livre bosnien des morts», élaboré par un centre de recherches indépendant à Sarajevo. Plus de 20.000 femmes ont été violées.

Fin 1995, Karadzic est écarté des négociations de paix à Dayton par son ancien allié, l’homme fort de Belgrade Slobodan Milosevic. En juillet 1996, sous la pression de la communauté internationale, il quitte ses fonctions de président de la Republika Srpska.

Il entre vite en clandestinité. Les rumeurs le disent caché dans des monastères orthodoxes de la région. Personne ne s’attendait à ce qu’un des fugitifs les plus recherchés de la planète, vive au cœur de la capitale serbe où il travaillait comme guérisseur.