POLITIQUE

Majorité wallonne: le MR «ne négociera pas sous la pression d’un groupuscule»

Majorité wallonne: le MR «ne négociera pas sous la pression d’un groupuscule»

Jean-Luc Crucke. Reporters/GYS

«Nous ne renégocierons pas nos textes sous la pression d’un groupuscule, qu’il soit de gauche ou de droite extrême», a affirmé mercredi matin le ministre wallon de l’Energie, Jean-Luc Crucke, à son arrivée à la réunion du bureau élargi du parlement de Wallonie.

«Ce que l’on peut négocier, c’est la manière de travailler afin de préserver la crédibilité des institutions, gouvernement et parlement, et voir ce que l’on peut faire sans diviser la Wallonie. La vie ne s’arrête pas au vote d’un décret. Il y a des valeurs qui sont plus importantes», a-t-il ajouté.

«Vouloir mettre le feu à une région parce que l’on n’a pas la place que l’on souhaite sur une liste alors que l’on fait moins de 150 voix de préférence, c’est indigne», a poursuivi le ministre à l’adresse de Patricia Potigny, cette ex-députée MR qui a annoncé son ralliement aux listes Destexhe en début de semaine, signant la fin de la majorité wallonne et mettant en péril l’adoption de textes que la coalition MR-cdH voulait faire passer avant la fin de la législature.

Parmi ceux-ci, la réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE) doit être soumise au vote des parlementaires ce mercredi après-midi mais la séance plénière pourrait être reportée sur décision du bureau élargi où le MR et le cdH conservent la majorité. Un tour de passe-passe que dénoncent en chœur PS et Écolo.

«Reporter la séance plénière serait un scandale, un déni de démocratie», a ainsi réagi le chef de groupe socialiste Pierre-Yves Dermagne. «Si le MR et le cdH actent qu’ils ne sont plus en majorité, ils doivent en tirer les conséquences et passer an affaires courantes. C’était le risque – connu – d’une majorité à un siège. Aujourd’hui, on ne peut que constater l’échec d’un modèle, d’une manière d’exercer le pouvoir», a-t-il poursuivi.

«Il serait insensé que le gouvernement empêche le parlement de travailler. Un report de la séance plénière est inacceptable dans une démocratie», a renchéri le chef de groupe Écolo Stéphane Hazée.

Peu après 11h00, le bureau élargi était toujours en cours alors que s’annonce, au sein du parlement wallon, un point presse d’Alain Destexhe et des 2 députés wallons – Patricia Potigny et André-Pierre Puget, qui l’ont rejoint.