Comines: Audric Maddens, la brique dans le ventre aux Startech’s Days

Le championnat national des métiers vient de se vivre à Ciney. Un jeune maçon a représenté le collège de la Lys parmi les 210 compétiteurs.

Ces lundi et mardi, à Ciney Expo, se tenaient les Startech’s Days, championnat national des métiers. Pas moins de 210 jeunes de moins de 25 ans ont concouru en 27 catégories et ainsi contribué à valoriser différentes filières. Parmi eux, un seul finaliste originaire de chez nous: Audric Maddens s’est retrouvé en compétition «Maçonnerie» face à cinq autres garçons venus des quatre coins de la Belgique (Rumilies, Péruwelz, Ciney, Herve et Saint-Hubert).

«Pour juger mon niveau»

«C’est mon professeur qui m’a suggéré en début d’année scolaire de participer à ce championnat. J’ai immédiatement dit «Oui» car ça permet de juger mon niveau, de voir mes limites… dit l’étudiant du collège de la Lys qui a monté trois murs mêlant différentes techniques avec un plaisir certain. J’aime le stress de cette compétition!» Rien que ce lundi, pas moins de 3 500 visiteurs sont passés. Autant de paire d’yeux qui l’ont scruté. «Je pensais que cela allait être dur mais ce n’est finalement pas gênant pour moi. Je suis dans ma bulle, je travaille en faisant abstraction de tout le reste.» Pas un regard non plus sur l’avancement de ses concurrents. «Ça, ça peut me stresser négativement donc je ne regarde pas! Ça pourrait me donner envie de me presser au risque de faire n’importe quoi… Ce n’est pas parce qu’on termine avant les autres que c’est mieux! sourit le jeune de 18 ans durant sa brève pause sandwich et qui a opté pour cette voie par conviction: toute ma famille travaille dans la construction.»

Expérience, gestion du stress…

Parmi les milliers de visiteurs, Jean-Dominique Techel, l’un de ses professeurs, est venu l’encourager. Dire que lui et ses collègues croient au potentiel d’Audric est un doux euphémisme: l’école cominoise incite des étudiants à se muer en compétiteurs uniquement s’il est sûr du potentiel physique et mental. «En 20 ans de métier, c’est le 3e que je vois participer à ce concours. Nous avions trois bons éléments à l’école mais nous ne pouvions en inscrire qu’un. En concertation avec différents professeurs de la section qui ont eu Audric avant moi, en 4e et 5e, il a été décidé que ce serait lui. Il a passé la présélection à Marche-en-Famenne en janvier et il a été retenu parmi les six candidats pour cette finale.» Avec quelles qualités remarquées et remarquables? «C’est un excellent maçon. Il est toujours dedans, même le samedi en travaillant chez un indépendant. C’est aussi beaucoup de mental. C’est la seconde fois qu’il prend part à une compétition si l’on compte la phase de présélection. Le matin, il a légèrement la boule au ventre – depuis une semaine, on est stressés tous les deux! – mais ça se tasse au fil des heures et je vois ici qu’il est déjà plus serein qu’en janvier. Il acquiert aussi de l’expérience vis-à-vis de cela. Ça lui apporte une gestion du stress en plus d’acquérir encore plus de savoir-faire et donc une belle référence sur son CV.»

La suite sera l’annonce des classements dans une semaine. Les meilleurs parmi les meilleurs iront se frotter au gratin mondial, en août, au Skills de Kazan, en Russie.