FOOTBALL

Stade roi Baudouin: les locataires veulent une rénovation, la ville de Bruxelles attend du soutien

Stade roi Baudouin: les locataires veulent une rénovation, la ville de Bruxelles attend du soutien

Le stade Roi Baudouin modernisé et non abattu? C’est le souhait de la fédération belge de football et de l’organisateur du mémorial Van Damme Belga

Le stade roi Baudouin résistera-t-il finalement au projet Néo? C’est la volonté de la fédération belge de football et de l’organisateur du mémorial Van Damme.

+ GRAND ANGLE | Stade national : chronique d’un fiasco annoncé

Alors qu’on le croyait dossier abandonné, c’est un énième rebondissement dans le projet de stade sur le plateau du Heysel. Alors que l’Euro stadium ne verra jamais le jour sur le parking C, la fédération belge de football et l’organisateur du mémorial Van Damme plaident désormais pour la prolongation et la modernisation du stade roi Baudouin à son emplacement actuel.

On le pensait trop vieux et voué à disparaître pour faire de la place aux différents développements du projet Neo, mais le vieillissant stade Roi Baudouin fera-t-il de la résistance pour se transformer en Golden Generation Arena? C’est le souhait en tout cas de Peter Bossaert, CEO de l’URBSFA et Bob Verbeeck, CEO de Golazo, qui sont deux des locataires de l’antre bruxelloise. Le premier pour les matches des Diables rouges, le second, une fois par an, pour l’organisation du mémorial Van Damme.

Dans une conférence de presse commune, les deux hommes ont défendu leur idée de rénovation ce mardi après-midi. «Notre génération dorée mérite un stade, communique d’une seule voix les deux patrons. Nous unissons nos forces afin que cette génération de top sportifs et ces supporters extraordinaires reçoivent ce qu’il leur revient de droit: un temple sportif et moderne. Il est plus que temps d’agir afin que nos fiertés nationales puissent disposer d’un stade à la pointe pour briller sportivement d’une encore plus belle manière à domicile. Pour la construction de la Golden Generation Arena, nous plaidons pour une rénovation complète du Stade Roi Baudouin. Nous n’allons rien changer concernant l’emplacement du nouveau stade; nous voulons juste un temple sportif moderne au même endroit qu’à l’heure actuelle.»

Un énorme appel du pied à quelques mois des élections

Si l’idée d’une réfection du stade roi Baudouin semble intéressante et sans doute plus réaliste que la construction d’un nouveau complexe sur le parking C, à quelques encablures de là, il ne s’agit pour l’heure que de paroles et surtout un énorme appel du pied à quelques mois des élections. Peter Bossaert et Bob Verbeeck confient encore avoir sondé toutes les forces politiques et que toutes celles-ci soutiennent l’idée et leur projet, mais ils ne sont que locataires de l’antre bruxelloise. Mais le principal intéressé dans ce dossier, la ville de Bruxelles, propriétaire du stade, n’a pas été associé à la sortie de ce mardi.

Pourtant, c’est bien à la ville de Bruxelles de décider de l’avenir du stade du plateau du Heysel. Tout frais élu échevin des Sport, Benoît Hellings a hérité de ce dossier qui était au point mort ces dernières semaines. L’Ecolo n’a pas tardé à réagir sur l’idée d’une rénovation du stade roi Baudoin. Le Premier échevin n’est, de prime abord, pas opposé à celle-ci, mais a d’emblée tempéré les ardeurs de certains de ses occupants. «C’est une bonne nouvelle, ajoute-t-il au micro de nos confrères de la RTBF. Nous gérons le stade roi Baudouin, celui-ci demande une rénovation lourde. Il faut en effet un bel écrin pour les footballeurs, mais aussi nos athlètes qui sont au top au niveau mondial.»

Benoît Hellings avoue cependant qu’aucun dossier n’est arrivé sur sa table ces dernières semaines. Il rappelle également que si la ville est propriétaire du stade, elle n’a pas les ressources pour agir seule. «Si le gouvernement fédéral et le gouvernement régional bruxellois sont prêts à plancher avec la ville de Bruxelles, avec les athlètes, avec les fédérations sportives à une rénovation du stade roi Baudouin, alors la ville sera leur partenaire, précise le Premier échevin. Il n’y a toutefois absolument pas de projet sur la table à ce stade si. Il n’y a pas non plus de réunion programmée entre les différents acteurs.»