MONDE

L’État islamique menace de représailles après l’attaque en Nouvelle-Zélande

L’État islamique menace de représailles après l’attaque en Nouvelle-Zélande

L’État islamique menace à nouveau les États-Unis et leurs alliés après l’attaque des mosquées de Christchurch. Reporters (Illustration)

Après l’attaque commise sur deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, l’État islamique a promis de se venger, a indiqué le porte-parole du groupe terroriste Abu al-Hassan al-Muhajir dans un message audio.

La véracité du monologue de 40 minutes n’a toutefois pas pu être vérifiée même s’il a été diffusé par les canaux habituels de l’EI sur les réseaux sociaux.

Vendredi, l’extrémiste de droite australien Brenton Tarrant (28 ans), fasciste autoproclamé, a abattu 50 personnes dans la mosquée al-Nour et celle de Linwood. Trente autres victimes blessées sont encore soignées dans des hôpitaux. L’homme risque la prison à vie.

Le porte-parole de l’EI a menacé les États-Unis et leurs alliés pour leur offensive en Syrie alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS) resserraient l’étau sur l’ultime réduit du groupe État islamique (EI) dans l’est du pays.

Abi Hassan al-Mujahir a dès lors appelé ce lundi soir ses partisans à se venger sur les combattants kurdes dans le reste de la Syrie.