MONDE

Naufrage de migrants au large des côtes marocaines, une ONG parle de 45 morts

Naufrage de migrants au large des côtes marocaines, une ONG parle de 45 morts

(Photo prétexte) AFP

Une embarcation de migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée a fait naufrage jeudi au large des côtes marocaines, une ONG parlant de 45 morts dans un bilan non confirmé par les autorités marocaines qui disent avoir sauvé 21 personnes.

L’association locale Caminando Fronteras affirme dans un communiqué que «45 personnes ont perdu la vie» dans le naufrage survenu en mer d’Alboran, entre les côtes espagnoles et marocaines, disant se baser sur des informations collectées directement auprès des migrants et de leurs proches.

«Il y avait 67 personnes à bord» d’une embarcation, a déclaré ensuite sur Twitter la directrice de Caminando Fronteras, Helena Maleno. Elle a fait état de 22 survivants, dont sept femmes. «Seul un cadavre a été récupéré», a-t-elle ajouté.

L’association de défense des droits humains AMDH-Nador a confirmé qu’un cadavre avait été transporté à l’hôpital local après le sauvetage opéré par la marine marocaine.

Un haut responsable marocain a affirmé de son côté que la marine royale avait sauvé 21 personnes jeudi dans la zone en question, sans vouloir se prononcer sur les décès annoncés par Caminando Fronteras.

La question de la migration clandestine est un dossier sensible au Maroc et il est toujours difficile d’obtenir des informations précises.

Les services de secours maritime espagnol ont annoncé avoir offert leur aide au Maroc et envoyé un hélicoptère mais sans donner de bilan sur l’opération marocaine.

En janvier, Caminando Fronteras avait déjà fait état de la mort d’une cinquantaine de Mauritaniens dans un naufrage au large du Maroc, des décès jamais confirmés côté marocain.

L’année 2018 a vu une augmentation considérable des tentatives de traversée de la Méditerranée par la route dite «occidentale», via l’Afrique du Nord et l’Espagne.

Les traversées de migrants, souvent très jeunes et très nombreux sur des embarcations fragiles, sont passées de près de 22.000 en 2017 à quasiment 57.500 en 2018, selon un bilan publié début mars par le ministère espagnol de l’Intérieur.

Pour leur part, les autorités marocaines assurent avoir stoppé 89.000 personnes en mer en 2018 – soit des migrants venus d’Afrique subsaharienne, soit des Marocains – et en avoir secouru 29.715.

Face au flux, l’Union Européenne a débloqué l’an dernier une enveloppe de 140 millions d’euros pour aider le royaume à faire face à la migration clandestine, démanteler les réseaux de trafiquants et protéger les migrants vulnérables.

Dans toute la Méditerranée, 2.299 migrants sont morts l’an dernier en tentant de gagner le continent européen, contre 3.139 en 2017.