RELIGION

Réactions après le décès du cardinal Danneels: «Homme-clé» et «très amical»

Réactions après le décès du cardinal Danneels: «Homme-clé» et «très amical»

Photo News

Les hommages et réactions affluent depuis l’annonce du décès du cardinal Danneels ce jeudi. En voici un résumé.

Le pape adresse un télégramme de condoléances à Mgr De Kesel

Le pape François a adressé un télégramme de condoléances à Mgr De Kesel, primat de Belgique, à la suite de la mort du cardinal Danneels. Le site internet du Vatican consacre par ailleurs une attention particulière à l’ancien archevêque de Bruxelles-Malines.

Le sommet de l’Eglise souligne que le cardinal Danneels avait porté sa voix dans les débats de société en Belgique, qu’il s’agisse du mariage homosexuel, des réfugiés, de l’avortement ou encore de l’euthanasie. Ses missions pour Pax Christi en ex-Yougoslavie et au Soudan ont aussi été saluées.

Quant aux affaires de pédophilie, le Vatican rappelle que l’ancien primat de Belgique avait mis sur pied une commission dans les années nonante pour accueillir les victimes et qu’il n’a jamais été inquiété par la justice, même après avoir été interrogé en 2010.

«Le cardinal Danneels a servi l’Eglise avec un grand dévouement, non seulement au niveau de son évêché mais aussi de son pays et de plusieurs dicastères. Il était ouvert et faisait face aux défis auxquels est confrontée l’Eglise actuelle», a adressé le pape François à Mgr De Kesel.

«Un homme-clé dans un moment de transition de l’Église»

Le cardinal Godfried Danneels «a été à un moment de transition de l’Église catholique, un homme-clé qui a apporté des idées progressistes, à l’échelle de l’Église s’entend», témoigne Baudouin Decharneux, Professeur et membre du département de philosophie, éthique et sciences des religions et de la laïcité de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

«C’était aussi un homme de dialogue et de paix», poursuit le Pr Decharneux. «J’en veux pour preuve sa venue à l’ULB lors d’un débat où il a démontré toute son ouverture d’esprit et son sens de l’humain. Ce n’est pas tous les jours qu’un haut représentant de l’Église vient à l’ULB mais le cardinal Danneels était un homme qui aimait rassembler».

«Personnellement, je l’appréciais aussi pour son humanité et sa modestie», conclut Baudouin Decharneux.

«Un homme très affable pour qui j’avais beaucoup de respect»

Bart Somers a bien connu le cardinal Godfried Danneels dans le cadre de ses fonctions de bourgmestre de Malines. «C’était quelqu’un de très affable», a déclaré M. Somers, jeudi, dans une première réaction au décès du cardinal Danneels.

«Je l’ai bien connu, nous nous sommes rencontrés régulièrement dans le cadre de nos fonctions respectives», a dit Bart Somers. «Il était très affable, très amical aussi. Il a toujours attaché une grande importance à une bonne collaboration avec la ville, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour lui».

«Notre reconnaissance à son égard est très grande»

Au nom de toute l’Église catholique de Belgique, le Cardinal Jozef De Kesel présente ses condoléances chrétiennes à la famille du Cardinal Danneels, à ses amis, à ses anciens collègues et collaborateurs.

Cardinal Jozef De Kesel: «Notre reconnaissance à l’égard du Cardinal Danneels est très grande. Pendant de nombreuses années, il a guidé l’Église, tel un vrai pasteur, à un moment où l’Église et la société connaissaient des changements fondamentaux. Son rayonnement, tant dans notre pays que dans l’Église universelle, s’est accru au fil du temps. Par sa parole d’une inspiration tellement cordiale, qu’elle soit dite ou écrite, il nous a toujours conduits à la source d’une main très douce. Il a aussi connu des épreuves. À la fin de sa vie, il était affaibli et épuisé. Nous nous souvenons de lui avec reconnaissance; qu’il repose maintenant dans la paix de Dieu».

Tommy Scholtès réagit au décès du cardinal Godfried Danneels

«Un grand conciliateur avec lequel j’ai connu une belle collaboration»

«Je suis très ému même si je m’attendais un jour ou l’autre à cette triste nouvelle, le cardinal étant très faible depuis un an», a réagi Erik De Beukelaer, ancien porte-parole des évêques de Belgique (2001-2010) et qui, à ce titre, a longuement travaillé avec Godfried Danneels, décédé jeudi à l’âge de 85 ans.

«Le cardinal était un homme timide et j’étais moi-même plus exubérant mais nous nous sommes rapidement apprivoisés et nous avons eu une belle collaboration», explique l’abbé De Beukelaer, désormais vicaire épiscopal du diocèse de Liège. «En cas d’urgence médiatique, nous communiquions par sms et cela se passait toujours de façon rapide».

Le cardinal Danneels était aussi quelqu’un qui assumait ses responsabilités et était un homme de conciliation, souligne Erik De Beukelaer. «Le pape Jean-Paul II l’avait choisi comme rapporteur lors du synode de 1985 pour ses qualités-là. Il faisait le lien, créait des ponts. Il avait aussi été accueilli de manière tout à fait officielle à la Grande Synagogue de Bruxelles et entretenait des amitiés dans le milieu de la laïcité».

Sur la délicate question de abus sexuels au sein de l’Eglise, le défunt prélat a eu une attitude conséquente, assure Erik De Beukelaer. «Il a toujours voulu connaître la vérité, n’a jamais cherché à cacher quoi que ce soit».

Enfin, selon son ancien porte-parole, le cardinal Danneels était un homme qui savait écouter et qui était doté d’un grand sens de l’humour et de la répartie.

«Le promoteur d’une relation nouvelle, particulièrement ouverte»

«La communauté juive de Belgique a appris avec beaucoup de tristesse la disparition du cardinal Danneels», indique jeudi Philippe Markiewicz, président du Consistoire Central Israélite de Belgique dans un communiqué réagissant au décès du prélat à l’âge de 85 ans. «Monseigneur Danneels a été le promoteur d’une relation nouvelle, particulièrement ouverte, entre le monde catholique et le monde juif en Belgique», rappelle M. Markiewicz.

«A ce titre», poursuit Philippe Markiewicz, «au sein de l’Union Européenne, la Belgique représente une réussite incomparable».

La communauté juive de Belgique rendra un hommage officiel au cardinal Danneels, annonce encore le communiqué.

«Un homme solide», selon ses biographes

Un homme instruit et éloquent, sensible aux beautés de l’art...tel est le souvenir que gardera le sénateur N-VA Jan Becaus du cardinal Danneels décédé jeudi à l’âge de 85 ans. M. Becaus est l’auteur avec le journaliste de la Libre Belgique, Christian Laporte, d’un livre intitulé «Godfried Danneels: Confidences d’un cardinal» (2009). Pour son biographe Jürgen Mettepenningen, le défunt prélat était un «monument», la «marque puissante» de l’Eglise catholique en Belgique et «un diplomate de premier rang», vu de l’étranger.

«Godfried Danneels aimait employer la métaphore et la comparaison percutantes dans ses propos, ce qui lui garantissait l’oreille de ses interlocuteurs. Mais il restait souvent imperturbable, ce qui lui avait valu le surnom de ‘sphinx’», explique Jan Becaus. «On pouvait lui poser toutes les questions mais il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il livre nécessairement le fonds de sa pensée. Ce qui faisait de lui sans doute aussi un bon diplomate. L’Histoire dira quelle a été son influence pour l’Eglise mais il est certain que son opinion était écoutée au Vatican».

«L’affirmation selon laquelle il avait des convictions progressistes, je ne la partage pourtant pas», affirme cependant M. Becaus. «Je pense qu’il n’était pas du tout à convaincre sur le plan de l’avortement ou de l’euthanasie, malgré ce que certains prétendent. Il était très orthodoxe en ces matières et suivait loyalement la ligne imprimée par Rome».

«Mais d’un autre côté, il avait de la compassion pour le caractère faillible de l’être humain. Il disait à ce sujet qu’il fallait être ‘sévère en chaire mais clément en confession’. Je pense que cette attitude le caractérisait bien».

Jürgen Mettepenningen décrit aussi le cardinal Danneels comme un «homme sage» et un «grand leader spirituel».

«Un homme de compromis et de réconciliation»

«Nous nous souvenons du cardinal Danneels comme d’un homme de compromis et de réconciliation», a réagi Steven Fuite, président du synode de l’Eglise protestante unie de Belgique. «Les mêmes mots viennent d’ailleurs à l’esprit de mes prédécesseurs.»

«Godfried Danneels était un homme agréable qui exprimait des points de vue progressistes. Son esprit était guidé par l’œcuménisme», relève M. Fuite.

S’il était «plutôt conservateur» sur la liturgie, ses prises de position, notamment sur le mariage homosexuel, sont à souligner, selon le président du synode protestant.

Ce n’était pas un homme qui se cachait, fait encore remarquer M. Fuite. L’ancien primat de Belgique n’avait ainsi pas dissimulé ses réticences quant aux positions du pape Benoit XVI, ni ses faveurs pour la ligne du pape François.

Quant à sa présidence de Pax Christi, elle témoigne de son progressisme, selon l’Eglise protestante de Belgique.

«Un homme qui a eu la volonté de dialoguer avec tous les musulmans de Belgique»

Le cardinal Godfried Danneels «laisse derrière lui une vision de l’Eglise partagée par un nombre important de catholiques à travers le pays et en Europe», a réagi jeudi l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB).

L’EMB reconnaît en la personne du cardinal Danneels «un clerc érudit au franc-parler qui relèverait nombre de hauts dignitaires religieux de par le monde». «Il n’a pas hésité plus d’une fois à se positionner, à juste titre et avec courage, sur les questions relative à l’islam en Belgique et en Europe», salue l’Exécutif dans un communiqué.

L’ancien archevêque de Bruxelles-Malines a affiché «sa volonté de dialoguer avec l’islam en tant que système religieux mais aussi et surtout avec les musulmans de Belgique dans leur grande diversité», relève encore l’EMB.

L’instance considère ses prises de position publiques «comme de riches réflexions venues nourrir des débats menés en interne et qui stimulent encore aujourd’hui une pensée en mouvement».