HUY-WAREMME

Audience préliminaire Publifin: dix prévenus et une affaire examinée fin 2019

Lors de l’audience préliminaire du dossier Publifin, le calendrier a été fixé. L’affaire ne sera examinée que fin 2019. Dix élus, dont le bourgmestre engissois Serge Manzato, le mayeur braivois Pol Guillaume, le Crisnéen Raphaël Amieva, le Hutois Georges Pire et la Waremmienne Marie-Noëlle Mottard, sont sur le banc des prévenus. Ils ont refusé la transaction proposée par le parquet pour éteindre l’action.

Ce jeudi matin, le tribunal correctionnel de Liège a entamé l’examen de l’affaire Publifin en fixant un calendrier de procédure. Comme prévu, l’instruction de l’affaire ne sera examinée qu’à la fin de l’année 2019. Dix prévenus sont poursuivis dans cette affaire car ils ont refusé la transaction proposée par le parquet.

Les prévenus poursuivis sont le Hutois Georges Pire (MR), ancien député provincial, la Waremmienne Marie-Noëlle Mottard (MR), Pol Guillaume (EC), bourgmestre de Braives, le Crisnéen Raphaël Amieva (cdH), Serge Manzato (PS), bourgmestre d’Engis, André Denis (MR), ancien bourgmestre de Malmedy, Jean-Marie Gillon (Écolo), d’Oupeye, Robert Botterman, (PS), ancien président du CPAS de Verviers, le Liégeois Pierre Stassart (PS) et la Sérésienne Catherine Maas (Écolo).

Philippe Glaude, le président du tribunal de première instance a siégé pour cette audience, mais il n’examinera pas l’affaire. Il prend sa pension à la fin de l’année et de plus, certains avocats des prévenus souhaitent une chambre à trois juges pour examiner ce dossier. La Ville d’Andenne s’est aussi constituée partie civile, tout comme Publifin.

Au départ, 29 mandataires étaient inquiétés pour avoir touché de l’argent sans fonction réelle et parfois même sans être présents lors des réunions du comité de secteur. Les inculpés qui ont transigé avec le parquet ont remboursé l’intercommunale Publifin-Enodia, mais aussi payé une somme pour éteindre les poursuites.

Les conclusions de la partie civile et le ministère public seront rentrées pour le 15 mai. Les prévenus rentreront leurs premières conclusions le 31 juillet. Les audiences des 14, 21 et 28 novembre sont d’ores et déjà réservées pour l’instruction d’audience, les plaidoiries et le réquisitoire.

Les inculpés qui n’ont pas effectué la transaction sont poursuivis pour détournement par des personnes exerçant une fonction publique. Les détournements s’élèveraient à plusieurs centaines de milliers d’euros. Ils risquent de cinq ans à dix ans de prison et une amende.