MONDE

Incidents rapportés il y a plusieurs mois avec des Boeing 737 MAX: USA et Canada prennent des mesures

Plusieurs pilotes américains avaient rapporté fin 2018, sur une base de données anonyme de la Nasa, des incidents rencontrés aux commandes du Boeing 737 MAX 8, dont deux modèles se sont écrasés récemment.

Selon ces documents publics, certains incidents semblent impliquer le système de stabilisation en vol destiné à éviter un décrochage de l’avion, le «MCAS» (Manoeuvering Characteristics Augmentation System), mis en cause dans l’accident meurtrier d’un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air fin octobre.

Dans un des rapports, daté de novembre 2018, le copilote d’un Boeing 737 MAX 8 décrit un incident peu après le décollage. Quand l’avion a atteint la vitesse appropriée, «le commandant de bord a activé le + A +, le pilotage automatique. En deux ou trois secondes, l’avion s’est mis à piquer du nez», écrit-il.

«J’ai crié + descente + juste avant que le GPWS (Ground proximity warning system, système d’avertisseur de proximité du sol) ne retentisse» dans le cockpit, a-t-il ajouté. «Le commandant de bord a immédiatement déconnecté le pilotage automatique et redressé l’avion.»

«Le reste du vol s’est déroulé sans incident», explique le copilote, ajoutant avoir repassé «dans sa tête» le début du vol. «Mais je n’ai pas pu trouver de raison expliquant que l’avion ait piqué du nez de manière si abrupte», a-t-il dit.

 

USA et Canada prennent des mesures

Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi que tous les Boeing 737 MAX 8 et MAX 9 allaient être cloués au sol. Une cinquantaine de pays dans le monde avaient déjà pris une telle décision.

«Nous allons décréter en urgence l’interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9», a déclaré M. Trump depuis la Maison Blanche, précisant que cette décision s’appliquerait «avec effet immédiat». «Les pilotes ont été informés, les compagnies aériennes ont été informées», a-t-il ajouté. «La sécurité des Américains, et de tous les passagers, est notre priorité absolue».

L’action Boeing a immédiatement décroché à Wall Street après l’annonce.

Une cinquantaine de pays dans le monde avaient déjà pris une telle décision.

«Nous soutenons cette décision proactive prise par précaution. La sécurité est une valeur importante pour Boeing depuis que nous fabriquons des avions», a réagi Dennis Muilenburg, patron du constructeur, insistant sur le fait que la recommandation d’immobiliser temporairement cette flotte d’avions était à l’initiative de Boeing pour rassurer le grand public. «Boeing garde une confiance totale en la sécurité du 737 MAX», a ajouté le groupe.

+ REVOIR | Crash aérien en Éthiopie : la Belgique va interdire le survol de son territoire par des Boeing 737 MAX (+ carte mise à jour le 12 mars)

 

Le Canada aussi

 

Le Canada a également décidé mercredi de bannir de son espace aérien «immédiatement» et «jusqu’à nouvel ordre» les Boeing 737 MAX 8 et MAX 9, à la suite de l’accident tragique d’un de ces appareils dimanche en Ethiopie, a annoncé le ministre des Transports Marc Garneau.

Cette décision a été prise par le gouvernement canadien après avoir reçu mercredi matin de «nouvelles données» sur les circonstances de cet accident qui a fait 157 morts, dont 18 Canadiens, a expliqué le ministre en conférence de presse.

L’écrasement du vol d’Ethiopian Airlines présente des «similarités» avec le crash, cinq mois plus tôt en Indonésie, d’un Boeing 737 MAX de la compagnie Lion Air, qui avait fait 189 morts, a-t-il souligné.

«Les experts ont comparé le profil (du vol d’Ethiopian Airlines) avec le profil de Lion air» et «il y a des parallèles» dans leurs trajectoires et leurs «variations», qui «dépassent un seuil de ressemblance quant aux causes possibles de l’écrasement en Ethiopie», a-t-il expliqué.

«Ce n’est pas concluant, mais cela indique certainement une ressemblance suffisante pour que l’on franchisse le seuil de précaution», a observé le ministre, notant que les boîtes noires de l’appareil éthiopien devaient encore être analysées.

Cette interdiction de vol vise notamment 41 Boeing 737 MAX exploités par des compagnies aériennes canadiennes (24 pour Air Canada, 13 pour WestJet et 4 pour Sungwing), mais s’applique également à tous les appareils étrangers de ce type souhaitant se rendre au Canada.

 

Nos dernières videos