Tournai

VIDEO | Une trentaine de seringues abandonnées chaque semaine dans les parcs publics à Tournai

« Homme vert » à Tournai, Alain Vercleven lance un coup de gueule pour dénoncer l’abandon de seringues usagées sur la voie publique.Chaque semaine, le service Propreté (mais aussi celui des Espaces verts) en retrouve entre 30 et 40 abandonnées sur la voie publique, principalement dans les parcs et squares communaux.

Dans le « récupérateur » prévu à cet effet, Alain Vercleven a déjà glissé une bonne dizaine de seringues usagées, pour la plupart retrouvées dans des parcs et squares du centre-ville. 

« Chaque semaine, les hommes verts affectés au service propreté de la ville, découvre entre une trentaine et une quarantaine de seringues usagées abandonnées par des toxicomanes », explique Olivier Cacheux, responsable du service au sein de la ville de Tournai.

Pour éviter qu’ils se blessent - avec les conséquences que l’on peut imaginer - les agents du service Propreté, mais aussi ceux des Espaces Verts, ont appris comment ramasser et évacuer ce type de déchets en toute sécurité. Il s’agit, par exemple, d’utiliser des gants anti-coupures mais aussi des pinces, et de placer les seringues dans des mini-conteneurs spécialement conçus pour cet usage : des « récupérateurs » comme celui évoqué plus haut) et, in fine, de les évacuer via Ipalle qui, elle, les enverra dans la filière des « DSM » (déchets spéciaux des ménages). Les seringues étant, en bout de course, incinérées avec les déchets hospitaliers. Sur le terrain, aux 12 « Hommes verts » communaux, s’en joignent également trois de l’ASBL « Tournai centre-ville ».

Parallèlement au nécessaire travail de nettoyage opéré par ceux-ci, s’organisent des actions de prévention et de sensibilisation auprès des toxicomanes, notamment pour éviter d’en arriver à des situations comme celle décrite dans notre article. Ces actions impliquent divers partenaires publics et privés - dont l’ASBL Citadelle à travers son projet Périscope, le SAIS... - travaillant dans le cadre du Relais social urbain qui vise, d’une manière plus globale, à lutter contre l’exclusion.

++ D'autres informations sur ce sujet dans l'édition de l'Avenir/Le Courrier de l'Escaut du jeudi 14 mars 2019 ++