CHALLENGE BW À CHAUMONT

Denis Galerin, prophète en son pays

Denis Galerin, prophète en son pays

Un départ en fanfare avec Denis Galerin à l’affût en seconde position ÉdA

L’athlète du JC Ronvau s’est imposé sur ses terres, démontrant son état de forme et ses prétentions pour la victoire finale.

Nul n’est prophète en son pays, dit le dicton. Mais il y a toujours l’exception qui confirme la règle et à ce petit jeu, Denis Galerin n’a pas laissé passer l’opportunité de s’imposer lors de la quatrième manche du Challenge du Brabant wallon disputée ce samedi à Chaumont-Gistoux et organisée par son club du Jogging Club Ronvau, cher à Adrien Stouffs et Quentin Buis, le jeune duo de présidents.

Les organisateurs proposaient deux distances: un 5 kilomètres et l’épreuve phare de 12,8 kilomètres. Pas de pluie, et même un soleil assez généreux mais le vent s’est lui aussi invité à la fête et, sur les hauteurs, en pleine campagne, les participants ont eu fort à faire avec ce vent de face qui les ramenait vers le complexe sportif André Docquier, au Ronvau, où l’arrivée était jugée.

Des participants au nombre sensiblement le même que l’année dernière (967 en 2018 et 964 en 2019) malgré les conditions climatiques de ces derniers jours et aussi les congés de carnaval. Un joli peloton qui s’est élancé pour une boucle sur la route à proximité du complexe sportif avant de grimper dans le bois de Chaumont, où la majeure partie du tracé se déroulait, alternant portion roulante et chemins ou sentiers boisés, tout cela avec un joli dénivelé positif de plus de 200 mètres, histoire de bien piquer aux mollets.

Le parcours faisait découvrir le terrain d’entraînement du club organisateur dont Denis Galerin, fidèle membre du JC Ronvau, a mis à profit pour s’illustrer. Pourtant incertain étant donné qu’il aidait également à l’organisation, Denis a eu le feu vert pour courir, et il ne s’est pas privé pour se faire plaisir. «J’ai longtemps hésité pour le choix des chaussures vu l’état du terrain. À Bousval, j’avais également hésité puis opté pour les chaussures trail. J’ai pris la même décision ici. Au final, je ne sais pas si c’était le bon choix mais le plus important est que j’ai gagné.»

Rapidement, une fois arrivé dans le bois, Denis Galerin s’est isolé avec Guillaume Demeulemeester d’abord, puis seul. «Tout s’est bien passé, mais j’ai vu sur la fin qu’Adrien Montoisy revenait sur moi. J’avoue qu’il s’en est fallu de peu pour qu’il me rattrape et l’emporte. 500 mètres de plus et je craquais.» Pas de manche de Waterloo pour Denis Galerin samedi prochain, pour cause de mission professionnelle. Il sera de retour à Vieusart. Avis à ses adversaires.