L’école de tai chi Ming Jian Dao (qui signifie «La voie de l’épée de lumière») propose des cours en différents lieux, dont le CEPES de Jodoigne, chaque lundi entre 19 h et 20 h 30.

Cent vingt personnes sont membres de l’école, tous horizons socioprofessionnels confondus, avec un juste équilibre entre hommes et femmes (ce qui est rare dans un art martial). «Le tai chi, qui a été fondé en Chine au XIIe siècle, est considéré comme le summum des arts martiaux. Il apprend à se défendre, mais de façon très progressive…, explique Zazie Prignon, professeur à l’école Ming Jian Dao. Il faut savoir que le tai chi n’utilise pas la force musculaire, mais bien celle du chi, l’énergie de la terre, que l’on apprend à faire passer à travers soi.» Cette énergie est canalisée à travers les 108 mouvements que compte la discipline, dont chacun est un mouvement de combat. Mais le plus grand bénéfice du tai chi est certainement lié à ses bienfaits sur la santé, notamment les maux de dos et l’arthrose. «Lorsqu’on en souffre, chaque mouvement est douloureux, mais moins on bouge, plus cela s’aggrave. Le tai chi permet de remettre le corps doucement en mouvement et d’obtenir de fabuleux résultats.» Le tai chi constitue aussi un formidable allié contre le stress. «Le tai chi permet de trouver son tan tien, le centre de l’énergie vitale, et de rester détendu même dans le combat. Cela signifie qu’avec un peu d’expérience, on peut également rester relax face aux agressions de la vie.» Des institutions telles que la police judiciaire (pour la gestion du stress) et la philharmonique de Liège (pour une meilleure posture des musiciens) ont notamment fait appel à l’école Ming Jian Dao.Infos: www.taichibelgique.be