Philippe Kopp a commencé à brasser de la bière dans sa cuisine, il y a deux ou trois ans. «Bien qu’étant programmeur informatique à la base, j’ai toujours nourri une passion pour la bière.

Lorsque j’ai perdu mon emploi, j’ai décidé de m’investir davantage dans cette activité…» Très vite, le Jodoignois utilise des plantes médicinales qu’il trouve dans son jardin pour fabriquer ses breuvages. Par exemple la reine-des-prés, la spirule odorante (toujours à l’étude) et la fleur de sureau (qui sera utilisée dans sa prochaine bière, L’amer nature, qui sortira au printemps prochain). La première bière de L’herbièriste (qui se définit comme une phytobière belge artisanale 100% bio), la Phrodisiaque, est une blanche rosée sans fruits, mais à base de gingembre, de girofle, de ginseng et d’hibiscus. Elle a vu le jour en janvier 2018 et se présente comme une «bière atypique» car on y distingue clairement la saveur des plantes, elle est peu amère et très aromatisée. La Spirine, lancée à l’automne dernier, est quant à elle une blonde au seigle à base de reine-des-prés (une plante qui contient de la vanilline et un peu d’acide salicylique, d’où son nom prédestiné). «Je brasse mes deux bières à la brasserie du Renard, à Pécrot, où j’étais déjà coopérateur. En 2018, j’ai brassé non moins de 110 hectolitres.» À noter que la bière de L’herbièriste est disponible dans de nombreux magasins bio, certaines épiceries et des restaurants, partout en Wallonie sauf dans le Hainaut et le Sud de Namur. «Au total, je dispose d’une centaine de points de vente, note le brasseur. L’objectif serait d’encore développer mon activité et de nouvelles bières en 2019.»Infos: www.herbieriste.be