Mathieu Bastin, d’où vous vient l’idée d’intégrer un chien d’assistance dans le service?