ATHLÉTISME

Rachid Madrane veut que la LBFA et Jacques Borlée «renouent le dialogue»

Rachid Madrane veut que la LBFA et Jacques Borlée «renouent le dialogue»

Rachid Madrane, le ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles. ÉdA – Julien RENSONNET

Hier soir, dans une lettre ouverte, la Ligue francophone d’athlétisme (LBFA) s’en est prise à Jacques Borlée. Rachid Madrane, le ministre des Sports, réagit à la polémique.

Le torchon brûle au sein de l’athlétisme francophone. La lettre ouverte de la LBFA a mis le feu aux poudres hier soir.

Dans cette lettre ouverte (que vous pouvez lire en intégralité ici), la Ligue répond avec une violence totalement inhabituelle dans son chef aux multiples attaques de son détracteur, Jacques Borlée.

Contacté par nos soins, Rachid Madrane, ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, réagit à la polémique qui oppose la Ligue à Jacques Borlée.

«J’ai découvert ce matin dans la presse la lettre ouverte de la LBFA à Monsieur Jacques Borlée. Je vais, comme je l’ai déjà fait auparavant, tenter de renouer le dialogue et de jouer mon rôle de facilitateur», déclare le ministre.

«

Je vais, comme je l’ai déjà fait auparavant, tenter de renouer le dialogue et de jouer mon rôle de facilitateur

»

«Je rappelle cependant qu’il n’appartient pas au ministre des Sports de s’immiscer dans un conflit entre un entraîneur et sa fédération. Je rencontrerai tant les athlètes que Monsieur Jacques Borlée et je proposerai également une rencontre avec la Ligue Belge Francophone d’Athlétisme (LBFA)», ajoute Rachid Madrane.

La polémique ne risque pas de s’apaiser de sitôt.

Une rencontre le 13 mars?

La Ligue belge francophone d’athlétisme et Jacques Borlée doivent se rencontrer en principe le mercredi 13 mars dans l’après-midi au siège du Comité Olympique et Interfédéral Belge (COIB). Prévue de longue date, cette réunion structurelle permet de mettre autour de la table les différentes instances de l’athlétisme. Les administrations (Adeps et Sport Vlaanderen) et le COIB, dans un premier temps fixent les objectifs. Dans un second temps, les ligues d’athlétisme (VAL et LBFA) se joignent à la réunion afin de déterminer les modalités pratiques et ensuite Jacques Borlée intervient pour finaliser le plan concernant ses athlètes.

«Ces réunions sont régulières» a rappelé Luc Rampaer, le responsable de la communication du Comité Olympique et Interfédéral Belge, à l’agence Belga. «Il se trouve qu’elle est programmée mercredi prochain.»