JUDICIAIRE

Meurtre de Gérouville: les deux accusés coupables de meurtre pour faciliter le vol

Meurtre de Gérouville: les deux accusés coupables de meurtre pour faciliter le vol

Jérôme Kone et Carlo Christophe ont été reconnus coupables du meurtre de Nasreddine Mahdbi, le 5 août 2016 à Gérouville (Meix-devant-Virton), meurtre pour faciliter le vol du portefeuille et de différents objets appartenant à la victime. EDA Claudy Petit

Le verdict vient de tomber aux assises du Luxembourg à Arlon. Au terme de plus de 6 heures de délibération, les jurés ont répondu aux 38 questions sur le verdict de culpabilité. Ils ont reconnu coupables les deux accusés, Carlo Christophe et Jérôme Kone, du meurtre de Nasreddine Mahdbi, le 5 août 2016 à Gérouville (Meix-devant-Virton), meurtre pour faciliter le vol du portefeuille et de différents objets appartenant à la victime.

Alors que dans leur plaidoirie, les avocats de Carlo Christophe estimaient que leur client n’avait pas participé au vol de Reddine devant la bibliothèque de Virton, la nuit avant la mort à Gérouville, les jurés ont considéré que la présence de Christophe, en voiture, a «renforcé la contrainte sur la victime» et a entravé toute forme de résistance de sa part.

La cour d’assises n’a pas déterminé qui était l’auteur des 14 coups de couteau à la victime à Gérouville.

Leur présence à tous deux sur les lieux et le fait qu’ils ont été jusqu’au bout de leur entreprise pour récupérer coûte que coûte les 210 euros que la victime leur devait, fait qu’ils savaient, en connaissance de cause, que leur projet pouvait aller jusqu’au meurtre.

Aucun des deux d’ailleurs n’a jamais tenté d’empêcher l’autre de frapper mortellement ni d’appeler les secours.

Et juste après les faits, tous deux ont été chercher un jerrycan d’essence puis sont revenus bouter le feu du corps, afin d’assurer l’impunité des faits.

Ce vendredi matin à 9 h, la cour d’assises siégera à nouveau pour entendre l’avocate générale et les avocats de la défense requérir et plaider quant à la peine. Les jurés entreront ensuite pour la deuxième fois en délibération avant de rendre leur arrêt.