GRÂCE-HOLLOGNE

Grâce-Hollogne: la plainte contre Maurice Mottard non fondée

Grâce-Hollogne: la plainte contre Maurice Mottard non fondée

Il faut s’attendre à ce que le futur pacte de majorité porté par Maurice Mottard soit contesté par le clan Dony via un recours au Conseil d’Etat. BELGA

Dépassement de dépenses électorales: la commission de contrôle des dépenses électorales a tranché en déclarant la réclamation visant Maurice Mottard non fondée. Un nouveau pacte de majorité se profile à Grâce-Hollogne.

La commission de contrôle des dépenses électorales du Parlement wallon a déclaré mardi non fondée la réclamation introduite par Manuel Dony, tête de liste PS aux dernières élections communales à Grâce-Hollogne, à l’encontre du bourgmestre sortant de cette même commune Maurice Mottard.

Alors que le conseil communal de Grâce-Hollogne a été installé le 3 décembre dernier à la suite des élections communales d’octobre, il n’y a toujours pas de majorité dans cette commune de la région liégeoise. En cause, l’existence de deux clans au sein du PS (clan Mottard et clan Dony) qui a mené le bourgmestre sortant, victorieux avec plus de 1.700 voix de préférence, à faire alliance avec le MR, Ecolo et Rassemblement Citoyen Grâce-Hollogne (rcGH) en vue de constituer une majorité, rejetant ainsi dans l’opposition le clan PS de Manuel Dony (sept des quinze élus PS) et le PTB.

Cette situation avait conduit l’un des cinq élus PTB à renoncer à son mandat. Ce qui avait permis, en l’absence de suppléant PTB, à un suppléant PS de siéger. Ce dernier étant apparenté à la mouvance Dony, cela a eu pour effet de créer une certaine incertitude remettant en cause la stabilité du pacte de majorité de Maurice Mottard vu la présence de huit élus PS de part et d’autre. Le vote avait alors été reporté, d’autant plus que Manuel Dony avait introduit une plainte contre Maurice Mottard pour dépassement de dépenses électorales. Un excédent estimé entre 750 et 1.000 euros était reproché à ce dernier. Mardi, la commission de contrôle des dépenses électorales a tranché en déclarant la réclamation non fondée.

Maurice Mottard, qui se disait serein, attendait la décision de la commission pour envisager à nouveau le dépôt d’un pacte de majorité, toujours sans le clan Dony tant les rancoeurs entre les deux hommes sont fortes. Entre-temps, l’élue PTB Céline Dolsek a perdu son siège pour non-domiciliation au sein de la commune, permettant ainsi à un suppléant cdH de siéger.

Un nouveau pacte de majorité se profile entre le clan PS de Maurice Mottard, le MR sans Laurent Ponthir ayant été condamné pour abus de confiance, Ecolo et rcGH. Le clan Dony, les trois élus restants PTB et Laurent Ponthir, qui a fait appel, seront ainsi envoyés dans l’opposition.

Il faut s’attendre à ce que ce futur pacte soit contesté par le clan Dony via un recours au Conseil d’Etat.

Mardi après-midi, M. Mottard a dit attendre que le parti sanctionne à présent M. Dony. «N’ayant pas vraiment eu de doute quant à la probabilité de succès de cette réclamation, je constate que nous avons perdu trois longs mois. Le message des électeurs ayant été clair en me choisissant comme bourgmestre, il faut que le parti se positionne rapidement et me donne carte blanche en vue de trouver la meilleure formule pour s’occuper de la commune et de ses citoyens. Les gens sont perdus et on ridiculise complètement la commune. Il est grand temps de clarifier la situation».

M. Mottard s’est donc adressé à la fédération liégeoise et au comité fédéral du Parti Socialiste, estimant que Manuel Dony «mérite d’être sérieusement sanctionné». Les rancoeurs entre les deux hommes n’ayant fait que grossir au fil des semaines, Maurice Mottard affirme qu’un accord entre eux n’est plus envisageable. «Dès le moment où il m’a amené à m’expliquer au Parlement, ç’en était fini avec lui. On a dépassé l’entendement».