Cent trente-cinq nageurs se sont mis à l’eau ce matin, dans une Meuse à 7°. Du soleil, peu de vent, peu de courant: ce n’était pas la traversée la plus compliquée à faire pour ces nageurs expérimentés.

On se promenait en tongs et en peignoirs, le grand sourire aux lèvres, sur le Quai d’Arona, ce matin. Si les spectateurs ont tout de même sorti leur veste et leur écharpe, les nageurs, eux, se distinguent par leur couche en moins et leur grand sourire. Si certains sont déjà «chauds» avec l’adrénaline de la compétition qui approche, d’autres appréhendent peut-être un peu, mais l’avouent. «Le soleil fait tout. Quand on est en maillot, quelques minutes avant de se jeter dans l’eau, le fait que le soleil donne, ça change beaucoup. On est moins crispé», explique Marc Henneau, organisateur de l’événement, qui a pris part à deux courses ce matin.

Parmi les spectateurs, quelques Terre-Neuve, également, prêts à se jeter à l’eau s’il faut. «Il y en a un qui est sur le bateau qui est là pour repêcher un nageur qui aurait des difficultés, explique l’une des propriétaires de ces sublimes chiens. Les autres... Sont là pour faire joli et profiter du soleil», rit-elle.

L’événement a attiré du monde sur les quais, ce matin, pour encourager les 135 nageurs venus de Huy, de Theux, beaucoup de Flandre, mais aussi de Pologne, de Grande-Bretagne, de République-Tchèque ou encore d’Estonie.

Tout notre reportage à lire dans L’Avenir de demain lundi 25 février, sur tablette, smartphone ou PC