HOUFFALIZE

35.000 poules gazées à Houffalize: Christophe Bastin acquitté

35.000 poules gazées à Houffalize:  Christophe Bastin acquitté

L’éleveur avait expliqué dans la presse qu’il avait décidé, en pleine crise du fipronil, de faire gazer ses 35.000 poules comme le suggérait l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). EdA

Crise du fipronil: Christophe Bastin, éleveur de poules à Houffalize, a été acquitté de tout fait de maltraitance animale devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau.

Le tribunal correctionnel de Neufchâteau a acquitté ce mardi de tout fait de maltraitance animale Christophe Bastin, éleveur de poules à Houffalize, qui avait gazé 35.000 de ses bêtes lors de la crise du fipronil, durant l’été 2017. L’association de défense des droits des animaux Gaia, à l’origine de la procédure, est elle déboutée.

L’éleveur avait expliqué dans la presse qu’il avait décidé, en pleine crise du fipronil, de faire gazer ses 35.000 poules comme le suggérait l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca). Le prévenu avait en effet administré à ses animaux une substance contenant du fipronil, alors qu’il pensait prodiguer un traitement anti-poux bio à ses poules. Selon les règles sanitaires, les œufs de ses poules ne pouvaient plus se retrouver dans la chaîne alimentaire humaine.

Le sang de l’association Gaia n’avait fait qu’un tour en apprenant cette histoire. Elle avait déposé plainte au pénal, estimant le gazage des poules avait été guidé par des intérêts économiques avant le principe du bien-être animal.

Saisi de la plainte, le parquet l’avait classée sans suite estimant qu’il n’y avait pas d’infraction car l’éleveur avait suivi les recommandations de l’Afsca. Gaia a dès lors décidé de citer directement l’éleveur devant le tribunal et de se constituer partie civile.

La position du parquet n’a pas varié. La défense de l’éleveur avait, elle, rappelé que 1,9 million de poules avaient été abattues en Belgique à la suite de la crise du fipronil.

Le tribunal a prononcé un acquittement. Déboutée, Gaia est condamnée à s’acquitter de 1.400 euros de frais de procédure.