POLITIQUE

Parlement européen: le MR perdrait un siège au profit du… PTB

Parlement européen: le MR perdrait un siège au profit du… PTB

Olivier Chastel va devoir relever ses manches. Belga

Une projection en sièges publiée lundi par les services du Parlement européen en vue des élections du 26 mai prochain voit le MR en passe de perdre un siège d’eurodéputé, ce dernier étant capté par le PTB. Les libéraux de l’Open Vld perdraient également un siège au profit de Groen, tandis que les autres formations resteraient sur leur position.

Cette projection, fondée sur des sondages Kantar TNS et Ipsos réalisés en décembre dernier, place le MR à 2 sièges, là où il en occupe 3 sous la législature qui se termine. Le PTB ferait son entrée dans l’hémicycle européen. Quant au PS, il maintiendrait ses 3 sièges actuels, tandis qu’Écolo et le cdH garderaient leur siège respectif.

Un transfert de siège entre deux partis ne signifie pas que les voix des électeurs se portent de l’un à l’autre. Après le scrutin de 2014, le MR disposait d’une marge moins grande que d’autres formations par rapport au seuil permettant d’obtenir le dernier siège. Un recul en voix est ainsi plus susceptible de le lui faire perdre au profit de la formation qui effectue une percée.

Cet enjeu était l’une des raisons pour lesquelles le MR tardait à dévoiler sa tête de liste aux européennes. Lundi matin, les libéraux ont finalement annoncé qu’Olivier Chastel serait leur tête de liste aux européennes, laissant la présidence à Charles Michel.

+ A LIRE AUSSI | Charles Michel à la présidence du MR ; Olivier Chastel à l’Europe et Didier Reynders au fédéral

Côté flamand, les libéraux y perdraient également: si la N-VA maintiendrait ses 4 sièges, l’Open Vld perdrait l’un de ses trois sièges au profit de Groen, qui se retrouverait ainsi à 2 sièges. Le CD&V (2 sièges), le sp.a (un siège) et le Vlaams Belang (un siège) enregistreraient un statu quo.

La Belgique disposera de 21 sièges au parlement européen sous la prochaine législature, Brexit ou non. Le dernier siège revient à la Communauté germanophone. La projection présentée lundi ne l’envisage pas.

Cette dernière, qui a le désavantage de se fonder sur des sondages déjà vieux de deux mois, constitue la première du genre publiée par le Parlement européen.